Dupont-Aignan contre toute privatisation des aéroports

Dupont-Aignan contre toute privatisation des aéroports

Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé dimanche tout projet de privatisation des aéroports, notamment parisiens, qui consisterait selon...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé dimanche tout projet de privatisation des aéroports, notamment parisiens, qui consisterait selon lui à faire un cadeau aux entreprises privées, comme lors de la cession des autoroutes.

"Je suis totalement hostile à cette privatisation. C'est la pire affaire qui soit, c'est rebelote des autoroutes", a-t-il déclaré sur BFMTV.

Dominique de Villepin, Premier ministre en 2006, "avait privatisé les autoroutes, avait eu un peu d'argent, et après on fait un cadeau d'une poule aux oeufs d'or au privé", a fait valoir le président de Debout la France (DLF). "On a vu sur les autoroutes, les Français ont compris. Et on voudrait faire la même chose avec l'aéroport, c'est une folie".

"Qu'on privatise les entreprises qui sont dans une situation de concurrence (...) ça ne me choque pas. Qu'on privatise un équipement public qui est en situation de monopole, c'est un cadeau à des entreprises privées qui deviennent elles-mêmes en situation de monopole. Et avec les autoroutes, on l'a payé suffisamment cher. Donc ne faisons pas cela avec Aéroport de Paris", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement va enclencher la privatisation d'ADP et de la Française des jeux (FDJ) en modifiant dans sa loi Pacte les seuils minimum de détention de ces entreprises. Reste à déterminer les parts qui seront cédées. Selon des informations de presse, il souhaite vendre l'intégralité de sa participation de 50,6% dans ADP.

Dans la même thématique

Montpellier : New Popular Front atmosphere party
10min

Politique

Nouveau Front populaire : Jean-Luc Mélenchon, un caillou dans la chaussure des partenaires de LFI

L’alliance de gauche semble prise au piège des spéculations autour de son candidat pour Matignon. Le Rassemblement national et la majorité présidentielle ne cessent de renvoyer le Nouveau Front populaire à Jean-Luc Mélenchon, dont les sorties médiatiques nourrissent l’agacement des partenaires de La France insoumise. Le mode de désignation du Premier ministre, en cas de victoire de la gauche, reste également en suspens, même si le principe d’un « consensus » entre les différentes formations semble avoir été arrêté.

Le

Dams in Noumea, New Caledonia.31/05/2024
7min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Cette dissolution tombe mal. On a l’impression d’être abandonnés »

Passée quelque peu sous les radars de la campagne des élections législatives, la situation en Nouvelle-Calédonie s’est tendue ces dernières heures depuis l’arrestation et le transfert de militants indépendantistes de la CCAT en métropole. Au point mort depuis la dissolution, la perspective d’un accord global sur l’avenir institutionnel de l’île et sur le dégel du corps électoral aux élections provinciales va devoir attendre l’après 7 juillet.

Le