Dupont-Aignan (DLF): “conflit d’intérêts monstrueux” autour de Fillon

Dupont-Aignan (DLF): “conflit d’intérêts monstrueux” autour de Fillon

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à l'élection présidentielle, a dénoncé jeudi un "conflit d'intérêts monstrueux"...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à l'élection présidentielle, a dénoncé jeudi un "conflit d'intérêts monstrueux" autour de François Fillon qui a dévoilé parmi les clients de sa société de conseil, l'assureur Axa.

"Quand je vois que François Fillon a reçu dans sa société, où il est seul, 200.000 euros d'Axa, et qu'il nous expliquait il y a quelques mois que M. (Henri) De Castries, l'ancien président d'Axa, pouvait être un grand ministre, qu'il nous expliquait qu'il fallait ne pas rembourser les petits bobos, je me dis mais c'est un conflit d'intérêts monstrueux", a dit le député de l'Essonne sur Public Sénat/Sud Radio.

Évoquant lundi sa société de conseil, François Fillon avait déclaré devant les journalistes: "J'ai exercé de 2012 à 2016 cette activité en toute légalité, j'ai donné des conférences dans de nombreux pays, publiques, j'ai conseillé des entreprises". Il avait cité "l'assureur Axa, la société Fimalac", dont son ami Marc Ladreit de Lacharrière est le PDG, et "la banque Oddo" parmi ses clients.

"Comment M. Fillon va pouvoir la tête haute demander aux Français des sacrifices alors qu'il ne se les est pas appliqués à lui-même?", a-t-il demandé.

Assurant qu'il n'avait lui-même "jamais reçu un centime d'une entreprise privée", M. Dupont-Aignan a cependant estimé qu'il ne fallait "pas accabler Fillon si on n'est pas juste vis-à-vis de (Emmanuel) Macron", qu'il a qualifié de "masque de la modernité sur la régression sociale du XIXe siècle".

"Il faut qu'Emmanuel Macron clarifie ses liens avec la finance internationale", a dit le candidat, appelant l'ancien ministre de l’Économie à dévoiler ses donateurs "au-dessus de 1.000 euros".

Enfin, M. Dupont-Aignan s'est refusé à commenter les sondages qui lui accordent un score modeste de 2% à la présidentielle.

"Les sondages manipulent l'opinion. Je dis aux Français, votez selon votre cœur. Les sondages ont été toujours démentis (...) et vous savez les Français ne sont pas dupes. Et les sondages on les emmerde", a-t-il dit.

Dans la même thématique

Dupont-Aignan (DLF): “conflit d’intérêts monstrueux” autour de Fillon
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le