Dupont-Aignan (DLF) déplore l’absence de “vraie politique” pour Mayotte

Dupont-Aignan (DLF) déplore l’absence de “vraie politique” pour Mayotte

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à l'élection présidentielle, a déploré lundi auprès de l'AFP l'absence de "vraie...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à l'élection présidentielle, a déploré lundi auprès de l'AFP l'absence de "vraie politique de la France pour Mayotte" au terme d’une visite de deux jours dans l'archipel.

Le président de Debout la France a estimé que l’Etat français avait "démissionné" de son 101e département, jugeant "inacceptable" cette "démission sur tous les plans, sur le plan migratoire, sur le plan des équipements publics, sur le plan de la justice".

Dénonçant la "faiblesse" et la "lâcheté du pouvoir politique", il a préconisé un plan d’investissements "de 300 millions d’euros en 2 ans pour rattraper les retards en matière d’écoles, des routes, des logements insalubres et puis de l’eau".

"Si on ne met pas le minimum d’argent nécessaire en investissements comme on l’a fait en Corse et ailleurs, on rentre dans un cercle vicieux du déclin. (...) Comment dans un département français au XXIe siècle, il y a des pénuries d’eau?", s'est-il indigné.

S’agissant de l’immigration clandestine, le président de Debout la France a souligné que l’Etat défendait davantage les clandestins que les Mahorais. Il a proposé "la suspension provisoire du droit du sol", afin d'éviter que Mayotte ne soit "débordé".

"J’ai visité le Centre de rétention de Mayotte. Il est magnifique, il est plus beau que les écoles de Mayotte, c'est-à-dire que les clandestins ont plus d’avantages que les Mahorais, c’est ça la réalité", a-t-il notamment affirmé.

Nicolas Dupont-Aignan a enfin souligné que Mayotte était un atout pour la France et que la France devrait être un atout pour l'archipel.

"A mon retour à Paris, je vais mettre les pieds dans le plat. On ne peut pas laisser tomber une île comme Mayotte. Il y a trop d’énergie, il y a beaucoup de points positifs, vraiment, ça sera un axe fort de mon programme présidentiel", a-t-il promis.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le