Dupont-Aignan : « On ne peut dissocier la politique de relance économique de la dépense de sécurité sociale »

Dupont-Aignan : « On ne peut dissocier la politique de relance économique de la dépense de sécurité sociale »

Le candidat à l’élection présidentielle Nicolas Dupont-Aignan propose notamment une hausse du numerus clausus, la suppression du tiers payant et de faire passer le prix de la consultation à 35 euros.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Venu présenter son programme de réforme du système de santé à la Mutualité française, Nicolas Dupont-Aignan estime que cette réforme ne peut se réaliser sans changer le modèle économique français. « On ne peut pas dissocier la question de la protection sociale des retraites de la politique économique. S’il n’y a pas une politique économique de relance, de relocalisation d’un million d’emplois, de protection et de rupture ave Bruxelles, nous n’y arriverons pas et nous resterons un pays qui s’enfoncera dans le malthusianisme ».

Pour lutter contre les déserts médicaux, le candidat à l’élection présidentielle souhaite augmenter le numerus clausus à 10 000 par an, et exonérer les charges des médecins s’installant dans ces déserts médicaux. Le prix de la consultation passera à 35 euros, et le tiers payant sera supprimé.

« Il faut redonner la vocation médicale en favorisant la médecine de ville » explique-t-il.

Il propose également la suppression de l’Aide médiale de l’Etat (AME). « La générosité sociale créé un appel d’air migratoire insupportable » selon lui.

Afin d’assurer « l’égalité entre les Français », Nicolas Dupont-Aignan propose également le remboursement intégral des soins dentaires et d’optique. « Je vois que tout le monde reprend ma proposition » explique-t-il, taclant Emmanuel Macron et François Fillon. Il souhaite passer à un régime général de sécurité sociale basé sur celui mis en place en Alsace-Moselle. « Il ne s’agit pas d’exclure les complémentaires Santé ou les assurances, mais de mettre un coup d’arrêt à ce maquis, à ce manque de transparence ». En termes de prévention, Nicolas Dupont-Aignan veut modifier le système de la médecine scolaire.

« C’est un désastre la manière dont on a abandonné la médecine scolaire, et je crois que ça doit être une priorité absolue ».

Le candidat de « Debout la France ! » promet de « faire de la dépendance et du handicap deux grandes causes nationales ». «Si nous avions un système de maison publique de dépendance, nous économiserions de l’argent et nous offririons un peu de chaleur à nos anciens ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le