École à distance : « Entre 5 et 8% des élèves ne sont pas atteints » regrette Jean-Michel Blanquer

École à distance : « Entre 5 et 8% des élèves ne sont pas atteints » regrette Jean-Michel Blanquer

Continuité pédagogique pendant le confinement, précisions sur les modalités du bac en contrôle continu, carte scolaire… Devant la commission de la culture et de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer a développé longuement les enjeux liés à l’épidémie pour l’Éducation nationale.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Hausser le niveau général tout en luttant contre les inégalités ». Malgré la période de confinement liée à l’épidémie de coronavirus, Jean-Michel Blanquer maintien ces deux défis pour l’Éducation nationale. Après avoir annoncé la semaine dernière, le passage du baccalauréat en contrôle continu, le ministre était auditionné pendant plus de deux heures en visioconférence par la commission de l’éducation et de la culture du Sénat.

Continuité pédagogique « dans un délai record »

Jean-Michel Blanquer a rappelé les « canaux » permettant d’assurer la continuité pédagogique « dans un délai record » pendant la période de confinement, grâce notamment au dispositif « ma classe à la maison ». Malgré « le volontarisme et la créativité » des enseignants, (2, 5 millions de familles connectées, 400 000 professeurs mobilisés), « entre 5 et 8% des élèves ne sont pas atteints » a-t-il indiqué.

Jean-Michel Blanquer travaille « à un renouveau des colonies de vacances »

Plusieurs dispositifs de soutien scolaire ont été mis en place « pendant et après la crise ». « Pendant la deuxième semaine de vacances de printemps de chaque zone, ce que nous avons appelé les vacances apprenantes. 6 heures sont offertes à tout élève qui le demande » (…)« de même nous développerons des modules de soutien scolaire pendant l’été pour compenser ce qui peut l’être » a-t-il rappelé avant d’ajouter, qu’en tant que ministre de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer était en train de travailler « à un renouveau des colonies de vacances ». Ces colonies de vacances devraient comprendre elles aussi des heures de soutien scolaire avec l’appui de professeurs.

Jean-Michel Blanquer a également rappelé l’organisation d’états généraux du numérique éducatif à la rentrée prochaine « probablement en septembre octobre, à Poitiers. « De façon à tirer les enseignements de la période que nous sommes en train de vivre, des forces et des faiblesses de l’enseignement à distance »

Baccalauréat : « Notre but n’est pas d’en finir avec la forme classique du baccalauréat »

Cette année 2020 devait être celle du démarrage de la réforme du baccalauréat, avec une plus grande prise en compte du contrôle continu. La mise en œuvre du bac nouvelle formule se trouve de fait « accélérée » comme l’avait fait remarquer la semaine dernière la présidente centriste de la commission de la culture et Éducation, Catherine Morin-Desailly. « La session de septembre est un filet de sécurité qui montre bien que notre but n’est pas, au travers de ces circonstances exceptionnelles, d’en finir avec la forme classique du baccalauréat puisqu’elle est maintenue à la session de septembre » a assuré le ministre. Rappelons que cette session sera ouverte aux élèves qui ont eu moins de 8 en juillet, si le jury le permet « au regard de leur motivation et de leur assiduité ».

Pour Jean-Michel Blanquer, le baccalauréat en contrôle continu pourra avoir « un impact sur le fait qu'il y aura moins de mentions ». « Je ne pense pas qu'il y aura plus de redoublements » a-t-il estimé.

Carte scolaire : « Il ne s’agit pas d’opposer les territoires ruraux et urbains »

Autres conséquences de l’épidémie, il y a quelques jours, Jean-Michel Blanquer a annoncé qu’il n’y aurait pas, à la rentrée prochaine, de fermeture de classe dans les communes de moins de 5 000 habitants sans l’accord du maire. Plusieurs sénateurs se sont inquiétés d’y voir une discrimination vis-à-vis des territoires urbains, notamment dans les Zones d’Éducation Prioritaire (ZEP). « L’objectif est d’envoyer un signal de soutien à tous les territoires. Il ne s’agit absolument pas d’opposer les territoires ruraux et les territoires urbains » (…) S’agissant des communes de plus de 5 000 habitants, nous prenons l’engagement que le solde d’ouverture et fermeture de classe doit se traduire par une amélioration du taux d’encadrement dans la commune » (…) ça signifie que la plupart du temps, vous aurez plus d’ouvertures que de fermetures, sinon c’est qu’il y aura vraiment eu une baisse démographique » a-t-il répondu.

En ce qui concerne les concours de l’enseignement de cette année, Jean-Michel Blanquer a confirmé qu’ils auraient lieu en juin juillet. « D’ici la fin de la semaine », les conditions de passation seront annoncées.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

École à distance : « Entre 5 et 8% des élèves ne sont pas atteints » regrette Jean-Michel Blanquer
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le