Écologie : « La population qui s’exprime est plus lucide que le monde politique » affirme Joël Labbé

Écologie : « La population qui s’exprime est plus lucide que le monde politique » affirme Joël Labbé

Hier, les 27 ont trouvé un accord sur le « Pacte vert » présenté par Ursula Von der Leyen, nouvelle présidente de la commission européenne. Mais pour le sénateur écologiste Joël Labbé, les politiques sont très en retard.
Public Sénat

Par Océane Blanchard

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

À Bruxelles ce jeudi, l'Union européenne s'est engagée à devenir neutre sur le plan climatique d'ici 2050, un "signal fort" envoyé par le continent en pleine COP25. Une bonne nouvelle pour le sénateur Joël Labbé, qui salue un pas en avant nécessaire. « Que l'Europe montre l'exemple on attend ça depuis longtemps »

Mais pour l’élu écologiste la transition doit se faire très rapidement, et avec des financements nécessaires. « C'est une nouvelle forme de développement » avec une écologie qui concerne « les transports, l’habitat, l’agriculture, l’alimentation. Tout ça doit être mis à plat avec de nouvelles perspectives » estime Joël Labbé. « Il faut des moyens forts pour accompagner tout cela. »

Et si des accords sont trouvés à l’échelle européenne et nationale, Joël Labbé dénonce des lobbys trop présents, qui freinent la transition écologique. « Oui il y a une sensibilisation, mais c'est complètement insuffisant » déplore-t-il.

« Quand j'assiste aux débats au Sénat, je me dis qu'on n'est pas dans le même monde. Une partie de la population qui s'exprime est plus lucide que le monde politique » analyse-t-il, espérant une pression civile sur le monde politique. « Les populations civiles sont de plus en plus en avance, impatientes, elles vont nous bousculer et c'est tant mieux, parce qu'on a besoin d'être bousculés. »

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le