Edouard Philippe écrit aux maires à un mois de leur 100e congrès

Edouard Philippe écrit aux maires à un mois de leur 100e congrès

Edouard Philippe a écrit lundi aux maires de France pour répondre à leurs "interrogations" sur les mesures prises par le...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Edouard Philippe a écrit lundi aux maires de France pour répondre à leurs "interrogations" sur les mesures prises par le gouvernement, notamment en matière de finances publiques, et rappeler qu'il souhaite engager un "pacte de confiance" avec les collectivités.

A moins d'un mois du 100e congrès des maires, le Premier ministre a souhaité "s'adresser directement" à chacun d'entre eux pour ne pas "laisser prospérer les allégations trompeuses qui ont pu être diffusées", selon ce courrier diffusé par Matignon.

Diminutions des contrats aidés, logement, suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages... : il revient en détail sur les mesures prises ces derniers mois qui impactent directement les communes.

"Contrairement à ce qui a pu être dit", en 2018, la Dotation globale de fonctionnement (DGF), principale contribution financière de l'Etat aux collectivités, "ne baissera pas. Elle s'élèvera, comme l'an dernier, à 30,98 milliards d'euros", souligne-t-il. "De même, les dotations destinées à soutenir l'investissement local ne diminueront pas", avec un montant de 1,8 milliard d'euros.

Edouard Philippe assure également les maires que "le gouvernement compensera à l'euro près le dégrèvement de taxe d'habitation dont bénéficieront, d'ici 2020, 80% des foyers". Votée samedi à l'Assemblée nationale, cette mesure inquiète particulièrement les maires, la taxe d'habitation constituant jusque là l'une des principales ressources des communes.

S'agissant des dépenses, il rappelle aux élus que les 13 milliards d'euros d'économies demandés aux collectivités pendant la durée du quinquennat consistent en "une maîtrise raisonnée des dépenses".

Vos dépenses "vont continuer à augmenter, mais nous vous demandons de maîtriser le rythme de cette augmentation", explique-t-il : "concrètement, là où vous avez dépensé 100 euros en 2017, l'objectif sera de ne pas dépasser 101,2 en 2018, en concentrant naturellement vos efforts sur la maîtrise de vos dépenses de fonctionnement".

"Pour enclencher cette dynamique vertueuse", le Premier ministre rappelle que l'exécutif va inviter les 319 plus grandes collectivités, "qui concentrent les 2/3 de la dépense locale, à conclure des contrats d'objectifs" avec l'Etat.

Pour mener à bien la transformation profonde du pays voulue par le chef de l'Etat, "nous avons proposé de nouer un 'pacte de confiance' entre l'Etat et les collectivités", souligne-t-il. C'est le sens de la Conférence nationale des territoires lancée en juilet, qui doit à nouveau se tenir mi-décembre.

Le congrès de l'Association des maires de France (AMF) au cours duquel le président Emmanuel Macron doit intervenir, se tiendra du 21 au 23 novembre à Paris. L'AMF rassemble la quasi-totalité des maires des quelque 35.500 communes que compte le pays.

Après le clash qui a conduit les régions à rompre tout dialogue avec le gouvernement fin septembre, le Premier ministre s'est attaché à renouer le dialogue avec les élus locaux, notamment lors du congrès des départements la semaine dernière à Marseille.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Edouard Philippe écrit aux maires à un mois de leur 100e congrès
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le