Edouard Philippe : « La solution politique en Syrie ne passera pas par Bachar Al-Assad »

Edouard Philippe : « La solution politique en Syrie ne passera pas par Bachar Al-Assad »

Le député-maire du Havre, devenu conseiller stratégique de François Fillon, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que Bachar Al-Assad a affiché son soutien à François Fillon, Edouard Philippe a tenu à minimiser cette prise de parole du président syrien. « Je ne crois pas que François Fillon exprime et formule ses positions internationales avec le souci d’obtenir le soutien de tel ou tel » défend-il.

Le candidat du parti Les Républicains est critiqué pour sa tolérance envers le régime de Bachar Al-Assad. « Les positions internationales de François Fillon me conviennent », a affirmé Edouard Philippe, même s’il reconnaît certains points de désaccords.

« Je considère que la solution politique à long terme en Syrie ne passera pas par Bachar Al-Assad » estime-t-il. « Il a réagi d’une façon tellement violente que je ne crois pas que la situation puisse être stabilisée avec lui en Syrie ».

Ancien soutien d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre, Edouard Philippe assure se sentir « très bien » dans cette équipe de campagne. Alors que la campagne de François Fillon est marquée par quelques polémiques, notamment autour de la Sécurité sociale et des fonctionnaires, le conseiller stratégique refuse de parler de « couacs ». « Il y a des débats, des choses à affiner, mais c’est toujours comme cela. Une campagne, ce n’est jamais un long fleuve tranquille ». Edouard Philippe s’est également dit « dubitatif » autour de la polémique entourant les propos de François Fillon, se revendiquant « gaulliste et chrétien ». « Vous seriez les premiers à critiquer un candidat qui se cacherait derrière une carapace. Quand quelqu’un a une conviction religieuse, qu’elle n’intervient pas directement dans son programme, je ne pense pas qu’on puisse lui faire le procès de l’exprimer clairement. Je trouve que c’est beaucoup de discussions pour des petites choses ».

Edouard Philippe : " Une campagne, ce n'est pas toujours un long fleuve tranquille "
00:47

Invité de Territoires d’Infos lundi, le porte-parole de François Fillon, Thierry Solère, avait affiché sa vive opposition à toute légalisation de l’usage du cannabis, jugeant « criminel » d’ouvrir un débat autour de ce sujet. De son côté, Edouard Philippe est plus ouvert au débat, reconnaissant ne pas avoir de « position définitive » sur le sujet. « Je vois bien les effets considérables de ces trafics sur l’économie parallèle, les effets très néfastes de cette interdiction qui au fond n’est respectée par personne, mais au fond, j’écoute les médecins, et ils disent pour la plupart beaucoup de mal de cette légalisation potentielle ».

Edouard Philippe sur le débat autour du cannabis : " Je n'ai pas de position définitive "
00:37

Dans la même thématique

Edouard Philippe : « La solution politique en Syrie ne passera pas par Bachar Al-Assad »
4min

Politique

« C’est à gerber ! » : les propos d’Emmanuel Macron sur les personnes transgenres ne passent pas auprès de Mélanie Vogel

Au micro de Public Sénat, la sénatrice écologiste des Français de l’étranger s’est ulcérée des récents propos polémiques du chef de l’Etat à l’encontre du Nouveau Front Populaire (NFP), dont il a accusé de défendre une politique « immigrationniste » et de tenir des propos « complètement ubuesques » sur le changement d’état civil en mairie pour les personnes transsexuelles.

Le

Demonstration against the far right, Paris, France – 15 June 2024
8min

Politique

Programme du « Nouveau Front populaire » : l’épineuse question du chiffrage

Abrogation de la réforme des retraites, hausse des salaires, progressivité de la CSG… le coût supposé du programme présenté par le « Nouveau Front populaire » est pointé du doigt par les autres formations politiques, notamment les soutiens d’Emmanuel Macron. Les représentants des partis de gauche se sont réunis ce mercredi pour s’accorder sur un chiffrage commun.

Le