Edouard Philippe: “pas impossible” que le gouvernement comprenne de nouveaux membres LR

Edouard Philippe: “pas impossible” que le gouvernement comprenne de nouveaux membres LR

Il n'est "pas impossible" que le gouvernement, dont la composition doit être annoncée d'ici à mercredi, comprenne de nouveaux membrs appartenant...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Il n'est "pas impossible" que le gouvernement, dont la composition doit être annoncée d'ici à mercredi, comprenne de nouveaux membrs appartenant aux Républicains (LR), a indiqué mardi Edouard Philippe, pour qui il n'y a par ailleurs "aucun" problème à ce que le ministre de la Justice François Bayrou conserve son poste.

Y aura-t-il de nouveaux membres de LR dans le gouvernement ? "Ce n'est pas impossible", a répondu le Premier ministre sur RMC et BFMTV, peu avant que la ministre des Armées Sylvie Goulard n'annonce sa démission du gouvernement.

Il est "possible" que l'équipe gouvernementale s'enrichisse de nouveaux secrétaires d'Etat, mais "pas trop", a par ailleurs précisé M. Philippe.

Sylvie Goulard assiste à une cérémonie marquant l'anniversaire de l'Appel du Général de Gaulle le 18 juin 2017 à Suresnes
Sylvie Goulard assiste à une cérémonie marquant l'anniversaire de l'Appel du Général de Gaulle le 18 juin 2017 à Suresnes
POOL/AFP/Archives

Le Premier ministre, qui a confirmé la date du 4 juillet pour sa déclaration de politique générale, a dit souhaiter "un gouvernement équilibré", "avec des gens qui viennent de la droite, c'est mon cas, de la gauche, du centre, des gens dont la légitimité ne résulte pas d'un engagement partisan", et "à parité entre la société civile et les élus, et entre les hommes et les femmes".

Par ailleurs, "François Bayrou a vocation à rester au gouvernement", il n'y a "aucun" problème, a déclaré le Premier ministre, malgré l'enquête sur les assistants parlementaires du MoDem.

"Un gouvernement, c'est un orchestre. On n'a jamais vu un orchestre, surtout un orchestre symphonique, composé avec les mêmes instruments. Chacun vient avec sa personnalité", a-t-il dit, après avoir rappelé à l'ordre son garde des Sceaux la semaine dernière. M. Bayrou avait appelé Radio France pour se plaindre d'une enquête journalistique sur les assistants parlementaires du MoDem.

Lundi, l'Elysée a fait savoir qu'Emmanuel Macron avait demandé à Richard Ferrand de quitter le gouvernement pour prendre la tête du groupe parlementaire La République en marche (REM) à l'Assemblée.

"Le président de la République a considéré que c'était un bon choix, Richard Ferrand a considéré que c'était un bon choix aussi". "Accessoirement, à la fin de la fin, c'est le groupe qui décidera", a dit M. Philippe.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le