Édouard Philippe présente son plan contre les déserts médicaux

Édouard Philippe présente son plan contre les déserts médicaux

Télémédecine, doublement des maisons de santé pluridisciplinaires, incitations financières… Accompagné de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, Édouard Philippe a présenté, ce vendredi, le plan du gouvernement pour lutter contre les déserts médicaux.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est à Châlus,  en Haute-Vienne, où ils ont inauguré une nouvelle maison de santé, que le Premier ministre et la ministre de la Santé, ont présenté le plan du gouvernement « pour l’égal accès aux soins dans les territoires ».

En 2016, selon l'association UFC-Que Choisir, 14,6 millions de Français vivaient à moins de 30 minutes d'un généraliste, donc dans un désert médical. En 2015, 8,6 % de la population vivait dans une commune souffrant d'une pénurie de médecins généralistes (source : ministère de la Santé).

Édouard Philippe a donc réaffirmé les engagements de campagne du candidat Macron. Pas de mesures coercitives pour inciter les médecins à s’installer dans les déserts médicaux car « la répartition presque forcée, administrative sur le territoire » peut, selon lui,  toujours être contournée. Le gouvernement souhaite, à la place, renforcer les incitations financières et la simplification des démarches administratives.  « 200 millions d’euros  seront consacrés au déploiement d’aides conventionnelles afin d’aider à l’installation et à l’exercice des médecins dans les territoires où l’offre de soin est insuffisante. Il faut séduire les médecins pour qu’ils viennent » a-t-il estimé ». Pour cette raison, les zones  éligibles à ces incitations vont passer de 7 à 18% du territoire.

Doublement des maisons de santé pluridisciplinaires

Édouard Philippe s’est engagé à doubler les maisons de santé pluridisciplinaires.  Les 400 millions d’euros du grand plan d’investissement sont destinés à la construction de 1000 maisons supplémentaires durant le quinquennat. On en compte 1200 actuellement sur le territoire. « Il faut partir du terrain et permettre aux acteurs de s’organiser » a-t-il insisté.

« Création de 300 postes de médecins partagés » dès 2018

Deuxième axe du plan concerne l’innovation « avec la création de 300 postes de médecins partagés entre la médecine de ville et la médecine hospitalière. « Dès 2018, les agences régionales de santé vont proposer ces nouveaux contrats aux jeunes diplômés qui permettront un exercice partagé pour partie à hôpital et pour partie libéral dans les territoires qui sont en déficit d’offres de soin » a précisé le Premier ministre.

Le développement de la télémédecine

« Concrètement ça veut dire qu’à l’occasion d’une consultation, le médecin généraliste a des doutes sur le caractère cancérigène d’un grain de beauté. Il peut solliciter immédiatement l’avis d’un dermatologue via un système de messagerie sécurisée. Il pose directement sa question, il l’accompagne d’une photo » a résumé Édouard Philippe, rappelant que si ce système existe déjà, il se heurte à deux blocages : la fiabilité aléatoire de la connexion internet selon les territoires et l’absence de tarification codifiée. La couverture intégrale du territoire en haut débit dès 2020 a déjà été annoncée par le président de la République. Quant à la tarification,  « nous allons inscrire la télémédecine dans le droit commun dès 2018 (…) ce qui permettra d’établir un tarif de consultation à distance » a annoncé le Premier ministre.

Enfin deux parlementaires, la sénatrice centriste de la Mayenne, Élisabeth Doineau et le député LREM de la Charente, Thomas Mesnier, seront en charge du suivi du plan.

 

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Édouard Philippe présente son plan contre les déserts médicaux
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le