Edouard Philippe recevra les partenaires sociaux séparément à partir de fin août

Edouard Philippe recevra les partenaires sociaux séparément à partir de fin août

Après leur réunion avec Emmanuel Macron mi-juillet, les principaux leaders syndicaux et patronaux seront reçus séparément par le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après leur réunion avec Emmanuel Macron mi-juillet, les principaux leaders syndicaux et patronaux seront reçus séparément par le Premier ministre Edouard Philippe à partir de la fin août, pour évoquer notamment l'assurance chômage, a-t-on appris mardi auprès de leurs organisations.

Pascal Pavageau, de Force ouvrière, est attendu le 30 août, "probablement le matin". Geoffroy Roux de Bézieux, le nouveau président du Medef, se rendra à Matignon "le 30 ou le 31" août. Leur homologue de la CPME, François Asselin, est convié "le 31 août à 16H00".

Le président de la CFE-CGC, François Hommeril, a rendez-vous le 30 août à 11H30, a-t-il indiqué à l'AFP.

Quant à Laurent Berger (CFDT), il a rendez-vous la semaine suivante, "le 4 septembre à 11H30".

Contactée par l'AFP, la CGT n'était pas joignable pour communiquer la date d'entretien de son secrétaire général Philippe Martinez.

Selon le quotidien Les Echos, Philippe Louis (CFTC) sera reçu le "29 août en fin d'après-midi", Alain Griset (U2P) le 30 août.

Les huit principaux leaders syndicaux et patronaux avaient été reçus le 17 juillet à l'Elysée par Emmanuel Macron, pour la première fois tous ensemble. Ils avaient alors salué un changement de ton du président, plus disposé selon eux à redonner une place aux partenaires sociaux, mais étaient restés sur leurs gardes.

A cette occasion, il avait été convenu que les chefs de file syndicaux et patronaux seraient reçus par Edouard Philippe fin août et début septembre, pour commencer à discuter plus concrètement des dossiers chauds de la rentrée, au premier rang desquels la négociation à venir sur l'assurance chômage.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le