Edouard Philippe renvoie François Hollande à plus “d’humilité”

Edouard Philippe renvoie François Hollande à plus “d’humilité”

Édouard Philippe a déploré jeudi "les critiques acerbes et acides" formulées par François Hollande "depuis l'étranger" et a...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Édouard Philippe a déploré jeudi "les critiques acerbes et acides" formulées par François Hollande "depuis l'étranger" et a renvoyé l'ancien président à plus d'"humilité" après la censure par le Conseil constitutionnel d'une taxe instaurée en 2012.

"J'ai observé que l'ancien président de la République avait formulé des critiques acerbes et acides sur la politique française depuis l'étranger", a déclaré le Premier ministre sur Public Sénat.

"Quand je suis à l'étranger je m'interdis tout commentaire sur la politique nationale (...) parce que c'est une règle que j'ai observée chez un certain nombre de présidents de la République qui m'ont beaucoup impressionné", a-t-il ajouté.

"J'aimerais que ceux qui, aujourd'hui, à 10.000 km, alors qu'ils ne se sont pas présentés aux élections pour défendre leur bilan, commentent de façon acide et acerbe ce que nous faisons aujourd'hui pour réparer le pays prennent une certaine forme d'humilité sur ce qu'ils ont fait hier et sur les responsabilités qu'ils ont dans les dérèglements de l'économie française", a accusé le chef du gouvernement.

"Ca vaut pour le président de la République, je le dis sans aucune animosité, ça vaut aussi pour un certain nombre d'anciens responsables ministériels, je pense à MM. Sapin et Eckert, qui sont toujours prompts à donner des leçons et qui assument manifestement moins bien la part qu'ils ont eue dans les problèmes que nous vivons", a-t-il ajouté.

Édouard Philippe a également reproché la dette de l’État de "10 milliards d'euros" envers des entreprises, héritée du quinquennat Hollande. "Le Conseil Constitutionnel vient de censurer une mesure (...) prise en juillet 2012 par la majorité précédente sur la commande du président de l'époque qui a un impact de l'ordre de 10 milliards. (...) Nous allons rembourser aux entreprises 10 milliards d'euros. 10 milliards d'euros qui ont été indûment prélevés, inconstitutionnellement prélevés", a expliqué le Premier ministre.

A la question de savoir si ce remboursement se traduirait par une nouvelle taxe pour les Français, Édouard Philippe a répondu ne "fermer aucune porte".

Sur la transformation de l'ISF, il a reconnu n'avoir "aucun doute" sur le fait qu'il s'agissait d'une mesure "assez peu populaire".

"Si la seule chose qui m'intéressait, c'était la popularité, je ne serais pas parti sur cette mesure. Non [ce n'est pas un problème]. Car vous ne pouvez pas définir une politique globale en fonction de la popularité qu'elle suscite. Vous devez la définir selon l'intérêt pour le pays que vous attribuez à cette mesure".

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Edouard Philippe renvoie François Hollande à plus “d’humilité”
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le