Effets secondaires des vaccins contre la covid : les parlementaires regrettent une « communication institutionnelle trop discrète »

Effets secondaires des vaccins contre la covid : les parlementaires regrettent une « communication institutionnelle trop discrète »

Les parlementaires rendent aujourd’hui un rapport d’étape sur les effets indésirables des vaccins contre la covid-19. S’ils se félicitent du suivi qui a été mis en place au niveau de la pharmacovigilance, ils regrettent une communication institutionnelle qui n’a pas assez misé sur la pédagogie et la transparence, et recommandent plutôt de tenir « un discours de vérité. »
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les députés et sénateurs membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) ont adopté un rapport d’étape sur l’état des lieux des effets indésirables consécutifs à la vaccination contre la covid-19. Suite à une pétition déposée au Sénat en février dernier, la commission des Affaires sociales avait saisi l’Opecst pour « répondre aux inquiétudes qui s’expriment. » Il y a quelques semaines, les parlementaires de l’Opecst avaient par exemple auditionné les responsables des réseaux de pharmacovigilance à propos de troubles menstruels.

« La confiance dans le vaccin ne peut venir que d’un discours de vérité sur les effets indésirables »

De ce travail ressort que « le système de surveillance des médicaments, piloté par l’ANSM, a fait preuve d’une mobilisation remarquable et d’une transparence inédite au cours de la campagne vaccinale. » D’après les rapporteurs Gérard Leseul (PS), Sonia de La Provôté (UC) et Florence Lassarade (LR), cette approche de la pharmacovigilance a permis « d’affiner en temps quasi réel l’estimation de la balance bénéfices/risques associé à chaque vaccin » et de faire évoluer, le cas échéant, la politique de vaccination. En revanche, l’Opecst reconnaît que la campagne de vaccination « a été source d’inquiétudes pour une partie de la population », notamment en raison de la vitesse de développement des vaccins reposant sur de nouvelles technologies. À cet égard, les rapporteurs regrettent « que la communication institutionnelle sur les effets indésirables ait été trop discrète par rapport à la communication incitant à la vaccination », en estimant que la confiance dans le vaccin ne pouvait venir que « d’un discours de vérité sur les effets indésirables. »

L’Opecst plaide la « pédagogie » et « la transparence », ainsi que l’accompagnement des personnes souffrant d’effets indésirables, « trop marginalisées aujourd’hui. » Les parlementaires reviennent notamment sur les syndromes pseudo-grippaux, relativement fréquents mais peu graves, et phénomène beaucoup plus rare – une fréquence détectée de moins d’1/10 000 – comme les thromboses atypiques ou les myocardites, qui ont pu être détectées par la pharmacovigilance. Ils détaillent ainsi les traitements potentiels, mais aussi l’accompagnement administratif des personnes touchées, comme les demandes d’indemnisation, qui obéissent au régime habituel des vaccins obligatoires, avec une procédure gratuite auprès de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM), ne nécessitant par d’avocat. Au 31 mars 2022, l’ONIAM avait reçu 440 demandes, dont un grand nombre pour des troubles brefs et transitoires, qui ne sont donc pas indemnisés. Finalement, les parlementaires se posent ainsi en médiateurs dans « une polarisation de la société entre les défenseurs des vaccins et ceux qui craignent qu’ils soient la cause d’effets indésirables nombreux et graves », en en appelant à « la nuance. »

Dans la même thématique

Medecin Generaliste nouvelle grille tarifaire
7min

Santé

L’UFC-Que Choisir dénonce des « chiffres alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes

En pleine renégociation de la convention tarifaire entre les médecins libéraux et l’Assurance maladie, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce jeudi 22 février ses derniers chiffres « alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par une majorité de médecins de 8 différentes spécialités libérales. Un travail « salué » par la sénatrice communiste de Seine-Maritime, Céline Brulin, qui avait déposé un amendement dans le dernier projet de loi de finances de la Sécurité Sociale afin de limiter les dépassements d’honoraires à 30% du tarif de base.

Le

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins
3min

Santé

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins

Le sénateur LR Alain Milon a déposé un amendement au projet de loi constitutionnelle sur la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Co-signé par le président de groupe Bruno Retailleau, il prévoit une garantie du respect de la clause de conscience que peuvent faire valoir les professionnels de santé, absente selon eux dans la Constitution.

Le

FRANCE – DRUGS – SHORTAGE
11min

Santé

Pénurie de médicaments : « Le plan du gouvernement n’est pas très précis, c’est beaucoup d’intention » selon la sénatrice Sonia de la Provôté

Depuis deux hivers, c’est la même galère : des pénuries de médicaments qui se multiplient. Pour y remédier, le gouvernement a présenté son plan, avec toujours des relocalisations, de l’information en temps réel des médecins, des tableaux d’équivalence. Si ces deux propositions étaient dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les pénuries, la question de fond « sera traitée quand on aura réindustrialisé la France », souligne la sénatrice centriste Sonia de la Provôté. « Globalement, on n’avance pas beaucoup. Il n’y a rien de nouveau », ajoute la sénatrice PS Laurence Harribey.

Le