Élections en Italie: “Évidemment, ça interpelle la gauche”, selon Vallaud (PS)

Élections en Italie: “Évidemment, ça interpelle la gauche”, selon Vallaud (PS)

Les législatives en Italie, qui ont vu dimanche une percée des forces anti-système, eurosceptiques et d'extrême droite, ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les législatives en Italie, qui ont vu dimanche une percée des forces anti-système, eurosceptiques et d'extrême droite, "évidemment, ça interpelle la gauche", a déclaré mardi Boris Vallaud, un porte-parole des députés socialistes, pour qui les partis sociaux-démocrates doivent "se ressaisir".

"Ces résultats sont inquiétants pour l'Italie elle-même, d'abord, qui apparaît ingouvernable (...), mais doivent nous interroger à deux niveaux", a affirmé M. Vallaud lors d'un point de presse.

Au niveau européen, "force est de constater que la montée des populismes n'est pas l'apanage de l'Italie" et que l'"euroscepticisme gagne partout parce que l'Europe n'est pas toujours capable d'apporter des réponses aux grands enjeux", a observé le député des Landes.

"Evidemment, ça interpelle la gauche au premier chef puisqu'il y a partout des défaites cinglantes", a-t-il poursuivi.

"Longtemps, l'Europe a été l'avenir de la gauche, je crois que nous devons dire avec force qu'aujourd'hui, c'est la gauche qui doit devenir l'avenir de l'Europe", a poursuivi le candidat à la tête du PS, évoquant une "Europe solidaire, qui se protège, qui réécrit les règles de la mondialisation", ou encore qui "assume sa part de responsabilité dans des sujets aussi cruciaux que celui des grandes migrations".

Interrogé sur l'hypothèse d'une disparition de la sociale-démocratie, ce porte-parole du groupe Nouvelle Gauche a jugé que "bien sûr que c'est un danger", mais "on choisit soit la résignation, soit la mobilisation" et les partis sociaux-démocrates européens doivent "se ressaisir" et proposer des alternatives.

Interrogé sur la situation de la gauche européenne au regard de la situation en Italie, le chef de file des députés Nouvelle Gauche avait estimé lundi sur France 2 que "les sociaux-démocrates sont victimes d'une certaine façon de leur succès".

"Les politiques mises en place sous l'impulsion des sociaux-démocrates ont réussi", mais la sociale-démocratie "n'a pas su prendre le virage de la globalisation et donne le sentiment d'une impuissance par rapport à ces grands mouvements qui sont en train de bouleverser le monde", comme les crises migratoires ou le changement climatique, avait-il ajouté, en pointant du doigt la "nécessité d'embrasser ces questions là".

Dans la même thématique

Élections en Italie: “Évidemment, ça interpelle la gauche”, selon Vallaud (PS)
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le