Élections européennes : « Évidemment, c’est un échec » reconnaît Bruno Retailleau

Élections européennes : « Évidemment, c’est un échec » reconnaît Bruno Retailleau

Le président du groupe LR du Sénat, Bruno Retailleau a assumé « l’échec de sa liste aux Européennes. Pour lui, le Salut de la droite passe par le rassemblement de la famille de droite et par la définition « d’une ligne politique qui soit claire ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Si on ne se remet pas profondément en cause, le risque : c’est la disparition ». « Ne pas parler d’échec serait se cacher derrière son petit doigt ». Sur le plateau des chaînes parlementaires et du Figaro, le président du groupe LR du Sénat, Bruno Retailleau a fait la même analyse du scrutin de ces élections européennes que Gérard Larcher, le président du Sénat.

Bruno Retailleau a rejeté en partie la cause de ce score décevant (8,2%) sur ce qu’il nomme « le match à deux » entre LREM et RN « absolument fatal pour notre démocratie » selon lui.

Le sénateur de Vendée a fixé « une double tâche » à accomplir. « La première, c’est de susciter le rassemblement le plus large avec Gérard Larcher, en passant par Laurent Wauquiez mais aussi Valérie Pécresse, Christian Jacob, François-Xavier Bellamy… Mais il y a aussi les centristes où ceux qui nous ont quittés comme Xavier Bertrand » a-t-il listé. Un rassemblement de la famille de la droite destinée selon lui à définir « une ligne politique qui soit claire ».

Bruno Retailleau a également plaidé pour « une définition d’une organisation nouvelle de la droite et du centre. Car la droite a toujours été plurielle.

Après un tel score, la question d’une remise en cause du mandat de Laurent Wauquiez à la tête du parti, se pose. Mais, pour le moment, Bruno Retailleau ne souhaite pas rentrer dans ce débat. « S’il ne s’agissait que de personnaliser l’échec, ce serait facile. Bien sûr que le rassemblement doit se faire aussi avec Laurent Wauquiez. Il est président de LR. Il a été élu légitimement. Mais il y a un certain nombre de questions auxquelles nous devons répondre collectivement ».

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le