Elections européennes : Jordan Bardella, « un assisté et un profiteur », accuse Manon Aubry

Au lendemain du premier débat entre l’ensemble des têtes de liste pour les élections européennes, la LFI Manon Aubry brocarde le manque d’assiduité de Jordan Bardella (RN), au Parlement européen.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Jordan Bardella a participé dimanche soir à son premier débat avec les autres têtes de liste pour les élections européennes. Un exercice auquel le président du Rassemblement national, qui fait largement la course en tête avec environ 30 % des intentions de vote, s’était dérobé jusqu’à présent. Sans surprise, le protégé de Marine Le Pen a été très largement ciblé par ses rivaux lors de la soirée. Invitée ce lundi matin de « Bonjour chez vous », la matinale de Public Sénat, Manon Aubry, tête de liste LFI, n’a pas hésité à enfoncer le clou : « Jordan Bardella n’est pas du parti à la flamme mais à la flemme nationale », a-t-elle ironisé.

« Il a déposé 21 amendements en cinq ans, quand j’en ai déposé 3 500 », a estimé Manon Aubry. « Pardon, mais pour des gens qui prétendent défendre la valeur travail, c’est lui qui est un assisté et un profiteur. Il est payé par l’argent public à ne rien faire au Parlement européen. »

« Jordan Bardella est aussi une espèce de ballon de baudruche en matière sociale, mais il ne défend jamais l’intérêt des travailleurs », tacle encore l’eurodéputée. « Je l’ai vu à l’audition du Medef, il y a quelques semaines, faire sa danse du ventre devant le patronat pour leur promettre de leur donner les pleins pouvoirs. La réalité, c’est que Jordan Bardella est le larbin des grands patrons, et qu’il s’oppose systématiquement à la taxation des super-profits, à la taxation des super fortunes, à la hausse du salaire minimum », a encore voulu dénoncer Manon Aubry.

LFI épingle la rémunération de Raphaël Glucksmann, le PS dénonce une « fake news »

LFI a lancé en fin de semaine dernière une campagne de communication autour des « rémunérations annexes » des eurodéputés, ces émoluments touchés par les élus en plus de leur salaire au Parlement européen. « Il est obligatoire de les déclarer mais malheureusement, vous les déclarez en fourchette. Vous ne déclarez pas le montant exact, mais vous cochez une case avec une fourchette. Un quart des députés en touchent, pour la plupart elles proviennent des lobbies ou d’Etats étrangers. Je propose de les interdire », explique Manon Aubry. « Je m’y engage pour ma liste : aucun de nos élus ne touchera le moindre centime et je demande aux autres têtes de liste de s’y engager. »

Sur un visuel largement relayé sur les réseaux sociaux, et titré « ces députés qui s’en mettent plein les poches », LFI a fait figurer six élus européens qui sont ciblés pour des sommes touchées en marge de leur fonction. Parmi eux, plusieurs adversaires de Manon Aubry : Valérie Hayer (majorité présidentielle), François-Xavier Bellamy (Les Républicains) et Raphaël Glucksmann (Place publique – Parti socialiste).

Sauf que le parti à la rose s’est largement ému de voir son poulain ainsi brocardé. Sur l’affiche LFI, Raphaël Glucksmann est accusé d’avoir touché entre 12 000 et 60 000 euros de rémunération annexes. Toutefois, il ne s’agit pas de sommes versées par les lobbies ou des puissances étrangères mais de droits d’auteur, Raphaël Glucksmann ayant publié une petite dizaine de livres, dont deux essais depuis son élection en 2019 comme député européen. Sur X, Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS a dénoncé une « fake news ». « Raphaël Glucksmann n’a jamais reçu d’argent des lobbies mais des droits d’auteur comme nombre de LFI qui vendent des livres. Retire ce truc qui te déshonore », écrit-il à l’attention de Manon Aubry.

« Je comprends que les socialistes soient un peu fébriles, leur vice-présidente grecque Eva Kaili, ndlr] a été prise la main dans le sac avec des centaines de milliers d’euros qui venaient du Qatar et s’est retrouvée au cœur d’un scandale de corruption », relève Manon Aubry, toujours au micro de Public Sénat. « J’ai mis sur cette affiche les montants des rémunérations annexes. Était-ce vrai ou faux ? C’était vrai », assume la candidate LFI. « Je ne regrette absolument pas, maintenant charge aux socialistes de s’engager sur ma proposition et, rassurez-vous, les droits d’auteur de Raphaël Glucksmann ne seront pas concernés par cette mesure », ajoute-t-elle.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le