Élections européennes : les temps forts du débat « Demain l’Europe »

Élections européennes : les temps forts du débat « Demain l’Europe »

Montée des nationalismes, crise économique, migratoire, et environnementale, Brexit, l’Europe… Une semaine avant les élections européennes France 24 et Public Sénat se mobilisent pour décrypter les enjeux d’une élection cruciale. Suivez les temps forts du débat et des duplex de « Demain l’Europe » 
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

L’Union Européenne apparaît de moins en moins comme un idéal ou comme une protection aux yeux des Européens. Pour cette émission intitulée « Demain l’Europe », intellectuels, hommes politiques, philosophes débattront de l’avenir de la construction européenne. Organisé par Public Sénat et France 24, le débat sera ponctué de duplex depuis les capitales européennes, afin de mieux cerner les conséquences de cette élection.

Suivez le débat à partir de 18H, avec en plateau :

Geórgios Katroúgalos , ministre grec des Affaires étrangères

Denis MacShane, ancien ministre britannique aux Affaires étrangères

Jean-Claude Trichet, ancien président de la banque centrale européenne

Carlos Moedas, commissaire européen pour la recherche, la science et l’innovation

Et en duplex :

Mario Borghezio, député européen italien de la ligue du nord  

Viviane Reding, ancienne députée européenne (PPE) et ancienne commissaire européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté

Jean-Claude Trichet : « Il n’y a pas de misère Européenne »

Jean-Claude Trichet : « Il n’y a pas de misère Européenne »
01:00

Lors du premier thème de ce débat, « l’Europe, un continent de la prospérité ? », l’ancien président de la banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet a dressé un constat positif de la situation des Européens. « Quand je compare sur 20 ans, l’Europe et les États-Unis, j’observe que la croissance par tête est approximativement la même (…) On accrut approximativement de 1,5 point en Europe et 1,2 aux États-Unis. Donc, il n’y a pas de misère européenne, contrairement à ce que tout le monde dit » a-t-il assuré.

À titre d’exemple, Jean-Claude Trichet a repris l’exemple donné peu avant par Carlos Moedas, commissaire européen pour la recherche qui a indiqué que depuis 2014, « l’Europe a créé plus de 12 millions d’emplois ».

 

Sur les migrations, « pas de solutions au niveau national » selon Carlos Moedas

Sur les migrations, « pas de solutions au niveau national » selon Carlos Moedas
01:11

Carlos Moedas, Commissaire européen portugais à la recherche, à l’innovation et à la science, a réagi aux propos tenus par Mario Borghezio, député européen italien de la ligue (extrême-droite) sur la question migratoire.

« Un pays seul ne peut pas résoudre l’enjeu des migrations et des réfugiés. Nous, en Europe, à la Commission européenne, on a fait une proposition de solidarité et de partage, que certains pays n’ont pas accepté. Le discours de la Commission était de dire que l’Italie et la Grèce ne pouvaient pas tenir, il faut partager », a expliqué Carlos Moedas. « Les gens doivent savoir que ce sont les pays qui sont responsables sur cette question. Certains pays ne nous ont pas laissé travailler sur la seule solution de partage réalisable […] Il faut continuer à travailler au niveau européen. Il n’y a pas de solutions au niveau national », a-t-il affirmé.

Climat : « Vous les politiques vous n'êtes pas assez rapides » clame Viviane Reding

Climat : « Heureusement que les jeunes étaient dans la rue. Vous les politiques vous n'êtes pas assez rapides » clame Viviane Reding
01:12

Depuis le Luxembourg, l’ancienne députée européenne (PPE) et l’ancienne commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding a évoqué l’enjeu du changement climatique pour le continent européen. « Heureusement que les jeunes étaient dans la rue et ont fait entendre très clairement leur message ! Vous les politiques vous n'êtes pas assez rapides ».

Mais pour Viviane Reding, « il ne faut pas seulement parler du changement climatique, il faut surtout agir sur le terrain (…) en changeant notre manière de vivre ». « L’Europe a un grand avantage, car elle a un dynamisme extraordinaire en ayant décidé de faire mieux à l’avenir et elle a la jeunesse dans le dos qui lui dit : allez-y on vous soutient ». Une référence claire aux marches pour climat organisé par les lycéens, cette année.

Une intervention que l'ancien ministre britannique aux Affaires étrangères, Denis MacShane, a trouvé quelque peu « angélique » en prenant l'exemple de la crise des gilets jaunes en France. « Mme Reding est un peu angélique. Regardez ce qui s'est passé en France ! Le gouvernement a décidé d'augmenter légèrement le prix de l'essence. Tout de suite, six mois de révolte publique » a-t-il pris comme exemple.

Climat: Denis MacShane, ancien ministre britannique aux Affaires étrangères évoque la crise des gilets jaunes
00:55

 

 

Carlos Moedas : « Il faut parler de l’Union européenne dans les écoles »

Carlos Moedas : « Il faut parler de l’Union européenne dans les écoles »
01:11

L’Union européenne un nain politique ? Pour Carlos Moedas, ce constat s’explique par la complexité des institutions et le manque d’explications de celles-ci auprès des citoyens.

« Il y a un problème structurel : on ne raconte pas l’histoire de l’Europe aux enfants, on ne leur raconte pas dans les lycées. Ils connaissent le Sénat et la Maison blanche, mais ne savent ce qu’est le Parlement à Bruxelles ou le Conseil de l’Europe. Il y a effectivement une difficulté qui a été créée par la complexité des institutions au fil des années. Il faut être beaucoup plus clair », a affirmé le Commissaire européen.

« C’est cette idée de simplification qu’il faut mettre en place en Europe afin de pouvoir expliquer comment les institutions fonctionnent […] Il faut qu’à partir de l’école primaire, le fonctionnement et le rôle de l’UE soit enseignés comme discipline obligatoire », a-t-il suggéré.

Georgios Katrougalos : « On a besoin d'une défense européenne autonome »

Georgios Katrougalos : « On a besoin d'une défense européenne autonome »
00:44

Le ministre grec des Affaires étrangères, Georgios Katrougalos a considéré que l’Europe avait besoin « d’une défense européenne autonome ». « Parce qu’il faut avoir une influence sur la scène internationale beaucoup plus grande qu’aujourd’hui. L’Europe qui protège ne doit pas protéger uniquement au niveau social. Elle doit aussi donner des garanties au niveau de ses frontières externes ».

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Élections européennes : les temps forts du débat « Demain l’Europe »
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Élections européennes : les temps forts du débat « Demain l’Europe »
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le