First round legislative election-Lyon

Elections législatives 2024 : le profil des électeurs en 7 points

Public Sénat vous livre 7 enseignements tirés du sondage « Sociologie électorale » réalisée par l’institut Ipsos Talan. Suivant le niveau de revenus, l’âge, le genre, ou encore le niveau de diplôme, comment les électeurs ont-ils voté ?
Camille Romano

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Les jeunes votent pour le Nouveau Front Populaire

Selon le sondage Ipsos Talan pour France Télévisions, Radio France et LCP, les jeunes sont ceux qui votent le plus pour le Nouveau Front Populaire : à 48 % pour les 18-24 ans et à 38 % pour les 25-34 ans. A noter toutefois que les jeunes votent aussi en nombre pour le RN : 33 % des 18-24 ans et 32 % des 25-34 ans. Plus l’électorat vieillit, plus son vote se déporte vers l’extrême droite : 36 % de vote RN chez les 35-49 ans et 40 % chez les 50-59 ans. Les plus de 60 ans sont ceux qui votent le plus pour les centristes et les LR, traditionnellement vus comme des gages de stabilité politique : c’est ainsi chez les plus de 70 ans qu’Ensemble fait son plus gros score, à 32 %.

Capture1

Le vote n’a plus vraiment de genre

Les différences entre les hommes et les femmes ne se déportent pas vraiment dans l’isoloir, puisque les ordres de grandeur entre les différents partis restent les mêmes selon le genre de l’intéressé comme le montre le sondage Ipsos Talan. Seuls les électeurs du RN marquent une légère différence genrée, de seulement 4 points : ils sont 36 % d’hommes à voter pour l’extrême droite contre 32 % de femmes.

Le RN des petites villes contre le NFP des métropoles

Les petites communes votent massivement pour le RN : les habitants des agglomérations de moins de 2 000 habitants choisissent à 40 % de voter pour le RN, celles de moins de 10 000 habitants à 39 %. Au contraire, les habitants des grandes villes, de plus de 200 000 habitants, votent à 33 % pour le Nouveau Front Populaire.

cap 4

Les plus précaires votent RN, les plus diplômés NFP

Différentes analyses dévoilées dans ce sondage Ipsos Talan révèle à quel point on vote avant tout selon sa catégorie sociale, qui est conditionnée par son niveau de diplôme, son revenu et sa profession. Les catégories les plus précaires, au chômage, ouvriers ou bas revenu sont celles qui votent le plus pour le RN. Ainsi, les personnes au chômage vont se tourner à 40 % vers un vote RN et à 37 % pour le Nouveau Front Populaire. Ils sont 38 % de personnes touchant moins de 1250 euros mensuels et 57 % d’ouvriers à choisir un bulletin RN. 49 % des personnes ayant un niveau d’études inférieur au bac choisissent le RN, comme 54 % des classes dites défavorisées.  

cap 3

Un vote qui s’amenuise plus sa catégorie sociale est élevée : 34 % des cadres et 35 % des professions intermédiaires votent NFP. Quant aux milieux dits « aisés », ils votent au coude-à-coude pour le NFP (28 %) et pour Ensemble (27 %). Les hautes catégories de revenus se tournent aussi vers : celles qui gagnent plus de 3 000 euros mensuels sont 32 % à choisir le RN devant le NFP à 26 %. Le NFP fait le plein chez les personnes les plus diplômées : 37 % chez les titulaires d’un bac + 3, la même catégorie où le RN fait le score le plus bas (22 %).

Quant aux retraités, ils choisissent plutôt le RN (31 %) ou encore Ensemble (29 %).

Des convictions partisanes bien ancrées chez les sympathisants LFI

Les convictions de gauche des sympathisants LFI sont très ancrées : c’est la seule des catégories interrogées avec 0 % de vote pour des candidats Ensemble et 0 % de vote pour le RN et seulement 1 % pour un candidat LR. A noter que les personnes qui ne se sentent aucune sympathie partisane se tournent à 30 % pour le RN et à 21 % pour le Nouveau Front Populaire.

Le bulletin RN pour les plus mécontents de leur situation

Le bulletin de vote comme manière de manifester son mécontentement ? C’est ce que semble indiquer le sondage, qui a demandé aux interrogés d’analyser leur satisfaction face à leur propre vie. Les personnes indiquant ne pas être satisfaites de sa vie choisissent de voter à 50 % pour le RN. A noter que les plus satisfaits choisissent à 25 % Ensemble, pourtant troisième derrière le NFP (28 %) et le RN (27 %).

La religion comme grand séparateur

Les croyants choisissent globalement de voter pour un candidat RN : les catholiques à 41 % et les croyants d’une autre religion (sans pour autant qu’elle soit précisée) se tournent vers le RN à 39 %. Quant aux personnes se revendiquant sans religion, elles votent à 39 % pour le NFP.

 

Enquête Ipsos Talan pour France Télévisions, Radio France et Public Sénat, réalisée du 27 au 28 juin 2024 selon la méthode des quotas.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le

La sélection de la rédaction