Paris: Marleix and Retailleau talking to the press after a meeting with Borne

Elections sénatoriales : comment les LR abordent le scrutin ?

Au groupe LR de la Haute assemblée, on aborde les sénatoriales de septembre 2023 avec une sérénité toute sénatoriale. Alors que 65 sénateurs LR sur 145 sont renouvelables, Bruno Retailleau, à la tête du groupe, s’attend à « une stabilité ». Dans ce scrutin où l’équation personnelle joue « énormément », de nombreuses figures du groupe voient leur siège remis en jeu, à commencer par Gérard Larcher.
François Vignal

Temps de lecture :

10 min

Publié le

Mis à jour le

Leurs yeux sont rivés sur les retraites, mais déjà, les sénateurs ont dans un coin de leur tête les prochaines élections sénatoriales. Le prochain scrutin concerne en effet le Sénat, avec le renouvellement de la moitié des sièges de la Haute assemblée en septembre prochain. Les sénateurs sont déjà en campagne auprès de leurs grands électeurs, composés à 95 % des conseillers municipaux. 65 des 145 sièges du groupe LR sont en jeu, soit moins de la moitié.

« La magie des sénatoriales »

Le sujet était au menu du séminaire du groupe LR, jeudi matin. Seulement un point rapide, technique et juridique, alors que la campagne officielle commence dès le 1er mars prochain. Sur le plan politique, c’est encore un peu tôt pour les investitures. Une commission interne au Sénat, composée notamment du président LR du Sénat, Gérard Larcher, de Bruno Retailleau, président du groupe LR, de Roger Karoutchi, premier vice-président du Sénat, et de Gérard Longuet, en tant qu’ancien président du groupe, va commencer à se pencher sur le sujet en mars, avant que la Commission nationale d’investiture (CNI) des LR n’arrête ensuite officiellement tous les choix. « Généralement, 90 % des positions du groupe sont suivies par la CNI », note Marc-Philippe Daubresse, sénateur du Nord, qui compte être candidat à sa réélection. « C’est une CNI sénatoriale. Après, c’est compliqué pour la CNI nationale d’aller contre la CNI sénatoriale », remarque un connaisseur du système. D’autant qu’à la différence des législatives, « le parachutage est impossible aux sénatoriales ». Car c’est avant tout l’implantation, l’équation personnelle qui fait la différence, en raison du mode de scrutin.« J’ai des maires de gauche, voire communistes, qui me disent qu’ils voteront pour moi. C’est la magie des sénatoriales. L’équation personnelle joue énormément, encore plus quand vous êtes sortant », explique Jérôme Basher, sénateur LR et candidat à son renouvellement dans l’Oise.

« On peut gagner des sièges, un peu. Mais j’anticipe plutôt une stabilité » affirme Bruno Retailleau

Globalement, le paysage pour les LR ressemble à celui du scrutin précédent, il y a trois ans. S’il peut toujours y avoir quelques pertes ici ou là, ou des gains ailleurs, les variations devraient être minimes. « On peut gagner des sièges, un peu. Mais j’anticipe plutôt une stabilité », affirme Bruno Retailleau. « D’abord, cette idée de la stabilité est très liée au Sénat, avec le renouvellement par moitié tous les trois ans, avec une déconnexion du calendrier de la présidentielle et des législatives. Mais au-delà de ça, on va avoir le même corps électoral que la dernière fois, c’est-à-dire plutôt avantageux, avec des élections municipales qu’on a gagnées, et des départementales et régionales qu’on a gagnées », développe le sénateur LR de Vendée. Conséquence : la majorité sénatoriale, détenue avec les centristes, n’est pas menacée.Dans le détail, Jérôme Basher n’exclut pas cependant une légère perte. « On craint un petit recul », avance le sénateur, même si « on a eu une très bonne cuvée la dernière fois, comme en 2020. C’est ça qui est rassurant, le corps électoral ne nous est pas spécifiquement défavorable. Et c’est principalement parce qu’on a de très bons candidats très implantés sur le terrain, plus que l’étiquette politique ».

Perte de « quelques sièges » en zone urbaine ?

Le risque de « perdre quelques sièges » dont parle Jérôme Basher, vient selon lui, des zones urbaines. « Il y a les sénatoriales à la campagne et à la ville. A la campagne, je pense qu’on sera assez fort. A la ville, avec les recompositions, Horizons (le parti d’Edouard Philippe, ndlr), tout ça, c’est là où ça peut être plus compliqué. Or c’est un renouvellement qui est très urbain », soulève le sénateur de l’Oise. Toute l’Ile-de-France, ainsi que le Nord et le Pas-de-Calais, sont en effet renouvelables. Si « Paris devrait peu bouger, avec 4 sortants, ce sera plus compliqué en première et deuxième couronne. Par exemple, les Hauts-de-Seine sont un département très marcheurs », note Jérôme Bascher. « Dans les départements à faible population, vous avez généralement une grande stabilité. Et dans ceux à grande population, comme le mien, avec un scrutin de listes, ça dépend du nombre de listes », dit autrement Marc-Philippe Daubresse.Bruno Retailleau n’écarte pas le risque que ce soit plus compliqué en zone urbaine, mais il le tempère. « Il peut y avoir quelques fuites ponctuelles vers Horizons, mais on n’anticipe pas de ce côté-là de gros problèmes », soutient le patron des sénateurs LR, qui souligne la possibilité « de divisions entre Horizons et Renaissance. Beaucoup de mes sénateurs me disent que les choses sont compliquées sur le terrain ». Autrement dit, en cas de division, la majorité présidentielle pourrait perdre ses gains potentiels.

« Tentative d’OPA d’Horizons »

Dans le Nord, Marc-Philippe Daubresse observe ainsi qu’« à cette heure, il n’y a pas de liste unique Renaissance/Horizons dans mon département. Ça veut dire que ce n’est pas si simple. Vous avez une fragmentation, avec Horizons qui veut se compter et En Marche qui veut se compter ». Les discussions sont en effet tendues entre le parti présidentiel et celui d’Edouard Philippe. La décision de Renaissance d’investir tous ses sortants, comme Frédéric Marchand dans le cas du Nord, est mal passée chez les amis du maire du Havre, où on estime que ce choix ne les « engage pas »Horizons n’en reste pas moins le point d’interrogation de ce scrutin sénatorial. Mais d’après les LR, les philippistes devraient logiquement tailler des croupières davantage du côté des centristes, que de leur côté de l’hémicycle. « Il peut y avoir une tentative d’OPA d’Horizons vis-à-vis de l’Union centriste, mais Hervé Marseille (président du groupe UC, ndlr) me dit qu’il ne craint pas grande chose », confie Bruno Retailleau. « C’est une élection que je trouve très aléatoire. Je ne sais pas ce qui va sortir sur la composition au centre », avance quand même Jérôme Bascher, qui se demande « comment tout ça va se positionner ou repositionner. Il faudra bien expliquer dans quel camp on se situe. Paradoxalement, ce sera un temps de clarification ». Pour l’heure, les sénateurs Horizons se retrouvent au sein du groupe Les Indépendants, de Claude Malhuret, dont 7 des 14 membres sont membres du parti du maire du Havre.

Jean-François Husson candidat, Christian Cambon et Sophie Primas devraient l’être aussi

Si les investitures ne sont pas encore connues, on sait déjà qu’un nombre important de sortants compte se représenter. Un autre gage de stabilité. Plusieurs figures du groupe sont renouvelables, à commencer par Gérard Larcher lui-même. « C’est difficile de faire des pronostics, si ce n’est que dans les Yvelines, je pense que le Président Larcher sera élu », sourit un observateur avisé. Dans le Val-de-Marne, le président de la commission des affaires étrangères, Christian Cambon, est donné comme à nouveau candidat a priori. Tout comme la présidente de la commission des affaires économiques, Sophie Primas, dans les Yvelines. En Meurthe-et-Moselle, le rapporteur général de la commission des finances, Jean-François Husson, sera candidat. Dans le Pas-de-Calais, Jean-François Rapin, président de la commission des affaires européennes, se représente aussi. En revanche, la présidente de la commission des affaires sociales, Catherine Deroche, élue dans le Maine-et-Loire, pourrait ne pas se représenter.Lire aussi » Elections sénatoriales : pour le PS, un scrutin qui s’annonce « stable » avec la question de la Nupes et de LFI à réglerDans l’Oise, Jérôme Basher se représente donc. Il devrait en être de même des deux autres sortants LR du département, Olivier Paccaud et Edouard Courtial. Chacun devrait présenter sa propre liste. Une manière de contourner la parité et d’assurer la réélection des sortants, chacun estimant « ne pas avoir démérité », explique un sénateur. A noter que l’ancien président de la commission des lois, Philippe Bas, se représente dans la Manche, tout comme Max Brisson, dans les Pyrénées-Atlantiques.

« A Paris, c’est un monde à part »

Quant « à Paris, c’est un monde à part », explique-t-on pudiquement. Dans la Capitale, ce sont les 163 conseillers de Paris qui élisent les sénateurs. Il suffit d’avoir 13 voix de conseillers pour être élu. « Si vous avez 13 personnes qui votent pour vous, vous êtes sénateur. C’est beaucoup et c’est rien », lance un conseiller. Le groupe des élus LR, centristes et indépendants (« Changer Paris ») compte 55 conseillers de Paris. Il est présidé par une certaine Rachida Dati.Selon la Lettre A, la sénatrice sortante Catherine Dumas devrait mener la liste, suivie du maire du 16e arrondissement, Francis Szpiner, de l’eurodéputée Agnès Evren, et de l’élu du 13e, Jean-Baptiste Olivier. Mais d’après un élu parisien, « rien n’est tranché » encore. L’idée que Catherine Dumas mène la liste semble néanmoins tenir la corde. Mais quid du sortant Pierre Charon, un fidèle historique de Nicolas Sarkozy ? Quant à Philippe Dominati, il n’a pas totalement pris sa décision. Céline Boulay Espéronier, qui avait été élue avec lui sur sa liste indépendante, se verrait bien rempiler.« Tout ça peut bouger dans tous les sens », tempère une conseillère de Paris. Surtout, « c’est l’affaire du groupe et la présidente, c’est Dati, c’est elle qui va décider », prévient la même, selon qui les candidats ne peuvent forcément n’être que conseiller de Paris, alors que Pierre Charon ne l’est plus par exemple. Et « dur de placer quelqu’un qui ne l’est pas. Après, il peut y avoir le fait du roi ». Pour l’heure, « tout ça ne fait que commencer ».

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le