Électricité : trois réacteurs nucléaires seront raccordés au réseau « d’ici Noël », annonce le patron d’EDF

Électricité : trois réacteurs nucléaires seront raccordés au réseau « d’ici Noël », annonce le patron d’EDF

Le PDG d’EDF Luc Rémont a donné des bonnes nouvelles ce 14 décembre au sujet de la disponibilité du parc nucléaire : trois des quinze réacteurs encore à l’arrêt vont reprendre du service avant les fêtes. Lors d’une table ronde au Sénat consacrée à la situation de la filière, l’énergéticien a estimé que la première vague de froid a pu être passée « sans difficultés ».
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Ça va mieux, pourrait-on dire pour reprendre une célèbre formelle élyséenne. Pour son début de mandat à la tête d’EDF entamé il y a trois semaines, Luc Rémont peut au moins compter sur quelques bonnes nouvelles sur le front de la disponibilité du parc nucléaire. Après un mois de novembre relativement anxiogène dans la communication gouvernementale, le PDG du fournisseur d’électricité a annoncé, lors d’une audition au Sénat ce 14 décembre, de nouveaux raccordements progressifs de réacteurs nucléaires au réseau, lesquels étaient arrêtés pour cause de traitement de problèmes de « corrosion sous contrainte », ou de visite de contrôle décennale.

À ce jour, 41 réacteurs sont désormais raccordés au réseau (dans un parc qui en comporte 56), a précisé Luc Rémont. Il y a cinq jours, le groupe annonçait le redémarrage de deux réacteurs. La puissance maximale installée des réacteurs en service s’élève à présent à 41,3 gigawatts (GW), « ce qui nous a permis – avec le soutien des Français, qui font preuve de sobriété, auquel je rends hommage – de passer cette première phase de froid sans difficultés sur le réseau », a salué Luc Rémont.

« La situation sera meilleure que celle qu’on pouvait anticiper en septembre », selon RTE

Le patron de l’entreprise a également annoncé que « trois réacteurs supplémentaires » seraient « connectés d’ici Noël » (Gravelines-3, Saint-Alban-2 et Dampierre-2). EDF dit également travailler sur le réacteur Gravelines-4, « pour être recouplé au réseau le plus tôt possible en 2023 ».

Le réseau électrique revient de loin. En août, on comptait seulement 24 réacteurs nucléaires en état de fonctionnement. Présent également à cette table ronde organisée par la commission des affaires économiques en amont d’un projet de loi relatif à l’accélération des procédures liées à la construction de nouvelles installations nucléaires, un cadre de RTE (le gestionnaire du transport d’électricité haute tension en France) a lui aussi fait preuve d’optimisme. « Si nous sommes autour de 45 GW en janvier, la situation sera meilleure que celle qu’on pouvait anticiper en septembre », a estimé Thomas Veyrenc, directeur exécutif du pôle stratégie, prospective et évaluation de RTE. « C’est très en dessous des minimums [50 à 55 GW], mais vu la situation dans laquelle on était, c’est très satisfaisant », a-t-il ajouté.

« Nous avons certainement les moyens d’éviter des coupures »

En matière de perspectives sur le réseau électrique, le gestionnaire peut désormais souffler sur les scénarios hivernaux. « Nous avons écarté le scénario le plus contraint, le scénario du pire », s’est félicité Thomas Veyrenc. Les gestes de sobriété ont également été d’un grand secours. Selon RTE, la consommation d’électricité a décliné de 9,7 % durant la dernière semaine, par rapport aux moyennes des précédentes années. « C’est considérable […] Vu les températures qu’on a connues au cours des derniers jours, si on n’avait pas eu cette baisse de la consommation, la situation aurait été tout autre », a-t-il souligné.

Comme chaque année, le mois de janvier fera l’objet d’une « vigilance particulière », selon le directeur stratégique de RTE. Mais le réseau abordera le cœur de l’hiver mieux armé, à condition que les Français ne relâchent pas leurs efforts. « Nous avons certainement les moyens d’éviter des coupures, si jamais on continue avec les taux actuels d’économies de l’énergie qui sont constatés, tout à fait significatifs en quelques mois, et s’il y a une mobilisation particulière lors des signaux Écowatt », prévient Thomas Veyrenc.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le