Éliane Assassi craint une dérive vers « l’hyperprésidence, qui ressemblerait à une monarchie »

Éliane Assassi craint une dérive vers « l’hyperprésidence, qui ressemblerait à une monarchie »

La sénatrice communiste Éliane Assassi était l’invitée de Politique 360. Elle se dit particulièrement inquiète « pour la République » du fait de l’ « hyperprésidentialisation » initiée par Emmanuel Macron.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron envisage de convoquer le Parlement en Congrès de Versailles le 3 juillet prochain, la veille de la déclaration de politique générale de son premier ministre Édouard Philippe. Si cela se confirme, ce serait « extrêmement grave » selon Éliane Assassi : « On serait alors passé sous un autre régime, celui de l’hyperprésidence, qui ressemblerait quand même un petit peu à une monarchie. »

« On ne sait pas ce que deviendrait le Parlement »

La sénatrice communiste estime que le Président signifierait ainsi son  « manque de confiance » au gouvernement, ce qui reviendrait à dire qu’« il préfère prendre les rênes, donner les ordres et qu’ensuite le gouvernement exécute ». « Quant au Parlement, on ne sait pas ce qu’il deviendrait dans ce cas-là », redoute-t-elle.

Éliane Assassi constate également qu’Édouard Philippe tend à devenir un simple « exécutant » pour le Président et rappelle ainsi la formule de Nicolas Sarkozy, qui disait de François Fillon qu’il était son « collaborateur ». « M. Macron décide de tout (…) C’est grave pour notre République », conclut-elle.

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le