Élisabeth Borne Première ministre : « Une continuité totale avec le précédent gouvernement », regrette Gilles Platret

Élisabeth Borne Première ministre : « Une continuité totale avec le précédent gouvernement », regrette Gilles Platret

Invité de notre matinale mardi, le maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, a réagi à la nomination d’Élisabeth Borne à la tête du gouvernement. À ses yeux, l’arrivée à Matignon d’une femme qui n’est pas issue des rangs de la droite est une bonne nouvelle pour sa famille politique, abîmée par les débauchages.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« On s’attendait à quelque chose d’un peu plus surprenant. » La montagne a-t-elle accouché d’une souris ? Élisabeth Borne, la ministre du Travail, a été chargée lundi par Emmanuel Macron de constituer un nouveau gouvernement. Le nom de cette ancienne collaboratrice de Lionel Jospin circulait déjà avant la réélection d’Emmanuel Macron, il s’est toutefois écoulé plus de trois semaines entre le second tour de la présidentielle et sa nomination à Matignon, laissant les commentateurs s’adonner à de nombreux pronostics.

« Ce n’est pas le choix de la surprise ou de l’effet waouh, c’est un personnage avec un parcours éminent, très respectable, mais le suspense que le président de la République avait ménagé laissait entendre qu’il souhaitait, par un effet de surprise, reprendre la main. Ce n’est pas le cas, on est dans une continuité totale avec le précédent gouvernement, dont Madame Borne est issue », a commenté mardi matin, au micro de « Bonjour chez vous » sur Public Sénat, Gilles Platret, le maire LR de Chalon-sur-Saône.

Une absence de connexion avec le terrain ?

Spécialiste des transports et des questions d’urbanisme, ancienne préfète du Poitou-Charentes et de la Vienne, Élisabeth Borne affiche un profil technique. Elle devient la deuxième femme à entrer à Matignon après Édith Cresson. Gilles Platret relève qu’elle n’a jamais occupé de mandat électif jusqu’à présent. « Maintenant, à la tête de l’Etat, nous avons deux parcours, celui d’Emmanuel Macron et celui de la Première ministre, qui ont oublié l’échelon local, la dure réalité du terrain », pointe-t-il. « Ce n’était pas le cas avec Jean Castex et Edouard Philippe, qui avaient cette fibre du terrain. Je ne suis pas sûr que ce soit de bon augure pour les collectivités et les citoyens. On attendra le discours de politique générale. »

« Que des personnalités de droite ne se retrouvent pas en nombre au gouvernement, cela ne va pas me faire pleurer »

L’attente de sa nomination a pu générer une certaine frustration, observe-t-il. « Le président est maître de son agenda, cela énerve beaucoup, mais c’est lui qui décide du tempo. Il a souhaité aller au terme de son mandat pour pouvoir nommer ensuite le ou la remplaçante de Jean Castex, je ne trouve pas cela anormal même si c’est toujours pénible d’attendre. Cela nous a permis de passer en revue la moitié de l’échiquier politique français, on a pu apprendre des tas de biographie, Audrey Azoulay, Arnaud Montebourg, etc. », ironise Gilles Platret.

Mais également celle de Catherine Vautrin, présidente LR du Grand Reims, qui avait annoncé soutenir Emmanuel Macron pendant la campagne, et dont le nom a circulé ces derniers jours comme première ministrable. « Que des personnalités de droite ne se retrouvent pas en nombre au gouvernement, cela ne va pas me faire pleurer », commente Gilles Platret qui estime que les ralliements ont contribué à affaiblir sa famille politique. « Le macronisme, c’est la confusion des idées, il naît sur le mélange de la droite et de la gauche. Ce n’est pas leur dépassement, mais l’utilisation de la droite et de la gauche pour durer dans le temps », dénonce l’édile.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le