Elisabeth Borne : « Toutes les entreprises qui le peuvent doivent augmenter les salaires dans le contexte d’inflation »

Elisabeth Borne : « Toutes les entreprises qui le peuvent doivent augmenter les salaires dans le contexte d’inflation »

« C’est du dialogue social que viendra la réponse. […] Et c’est se mettre autour de la table, […] ce n’est pas bloquer le pays », a répondu la première ministre au président du groupe PS du Sénat, Patrick Kanner, qui l’interrogeait sur les salaires, lors des questions d’actualité au gouvernement.
François Vignal

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

A quelques jours de la marche du 16 octobre organisée par la Nupes, le président du groupe PS de la Haute assemblée, Patrick Kanner, a alerté la première ministre Elisabeth Borne sur la situation sociale du pays, lors des questions d’actualité au gouvernement du Sénat ce mercredi.

Le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, « a augmenté de 52 % son salaire en 2021 »

Le 27 juillet, il lui avait « fait part de (sa) grande préoccupation sur la rentrée sociale de septembre », proposant une hausse du Smic « et surtout une grande conférence salariale ». « Aujourd’hui, le désordre s’installe et la colère gronde », selon Patrick Kanner, « la crise des carburants est le premier étage d’une crise sociale généralisée qui est sur son pas de tire ». Il dénonce un « autoritarisme » du gouvernement par la réquisition des employés des raffineries, « sans responsabiliser les employeurs ». Et d’ajouter : « Vous n’anticipez plus, vous palliez mal, par des rustines extrêmement coûteuses ». Regardez Patrick Kanner :

Alors que les salariés des raffineries TotalEnergies en grève demandent des hausses de salaires, l’ancien ministre de François Hollande souligne que le patron de l’entreprise, Patrick Pouyanné, « a augmenté de 52 % son salaire en 2021 ». « Certaines entreprises peuvent tripler leurs bénéfices, mais sans augmenter leurs salariés, sans contribuer à l’effort national », dénonce Patrick Kanner.

« Avec les hausses automatiques, le Smic a été revalorisé en un an de 8 % »

« S’agissant des profits exceptionnels, j’ai le plaisir de vous indiquer que dans le cadre du projet de loi de finances, vous pourrez examiner une disposition qui doit permettre de taxer les profits exceptionnels, notamment des compagnies pétrolières. Je n’ai pas de doute que vous aurez à cœur de voter cette disposition », lui a rétorqué d’abord Elisabeth Borne. Plutôt qu’une taxe sur les superprofits, le gouvernement compte plafonner les rentes des énergéticiens.

Côté salaires, rappelant les mesures déjà prises pour le pouvoir d’achat, comme le bouclier tarifaire, la suppression de certaines cotisations sociales et l’augmentation de la prime d’activité, la première ministre souligne qu’avec « les hausses automatiques, le Smic a été revalorisé en un an de 8 %. Je rappelle que l’inflation est de 6 %. Naturellement, cette revalorisation du smic doit conduire les branches à revoir leurs grilles salariales ».

La première ministre renvoie aux accords de branche, « plus de 500 ont été signés ». « La dynamique est là, elle doit se prolonger, car je suis d’accord, toutes les entreprises qui le peuvent doivent augmenter les salaires, a fortiori dans le contexte d’inflation », soutient Elisabeth Borne (voir première vidéo). Pour la première ministre, « c’est du dialogue social que viendra la réponse. […] Et c’est se mettre autour de la table, respecter les accords majoritaires, chercher le compromis, ce n’est pas bloquer le pays ».

 

Dans la même thématique

Illustration Grande Distribution
3min

Économie

« C’était une demande de nos éleveurs » : dans un décret, le gouvernement interdit les appellations de « viande végétale »

Le gouvernement a publié un nouveau décret interdisant la dénomination de produits à base de protéines végétales par des mots faisant référence à la viande. Un décret salué par les acteurs de la filière animale, qui estiment que des termes comme « steak végétal » ou « saucisse vegan » peuvent créer de la confusion chez les consommateurs.

Le

Macron au salon de l’Agriculture, Paris, France, 24 fevrier 2024
6min

Économie

À quoi pourrait ressembler le prix plancher, qu’Emmanuel Macron souhaite instaurer sur les denrées agricoles ?

Lors d’un débat improvisé avec des exploitants en ouverture du Salon de l’agriculture, le président de la République a annoncé son souhait d’instaurer des prix planchers sur les matières premières. Une mesure qui viserait à « protéger le revenu agricole », défendue de longue date par la Confédération paysanne, mais à laquelle la FNSEA et les agroindustriels sont largement opposés.

Le