Elysée: la passation de pouvoirs avec Macron aura lieu dimanche

Elysée: la passation de pouvoirs avec Macron aura lieu dimanche

La passation de pouvoirs avec le président élu Emmanuel Macron aura lieu dimanche à l'Elysée, a annoncé lundi François Hollande en marge des...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La passation de pouvoirs avec le président élu Emmanuel Macron aura lieu dimanche à l'Elysée, a annoncé lundi François Hollande en marge des cérémonies du 8 mai à l'Arc de Triomphe à Paris auxquelles il a assisté avec son successeur.

La passation de pouvoirs devrait se dérouler à 10h00 le 14 mai, a-t-on indiqué à l'Elysée.

Le chef de l'Etat a déclaré ressentir "beaucoup d'émotion" à donner, lors de ces cérémonies, "la marche à suivre" à Emmanuel Macron, qui, dans son parcours politique, l'a "suivi" puis "s'est émancipé" sans trahir, et "a été élu".

"Je voulais qu'Emmanuel Macron puisse être là, avec moi, à côté de moi, pour qu'une forme de flambeau puisse lui être passé puisque nous sommes aussi auprès de cette flamme" du Soldat inconnu, a déclaré le président sortant, interrogé sur France 2.

Questionné sur le fait de savoir si M. Macron était son "héritier", M. Hollande s'est défendu de vouloir "capter Emmanuel Macron".

"C'est vrai qu'il m'a suivi tout au long de ces dernières années quand j'étais moi-même candidat puis président, il a été ministre d'un gouvernement", a-t-il souligné.

"Après il s'est émancipé, il a voulu présenter un projet aux Français. Il s'est présenté devant eux, il a été élu. Il est le président", a poursuivi M. Hollande.

"C'est à lui maintenant, fort de l'expérience qu'il a pu acquérir auprès de moi, fort aussi de ce que nous avons fait ensemble, de continuer sa marche", a-t-il encore dit.

Son ancien conseiller ne l'a-t-il pas trahi en se présentant à l'Elysée? "Non, il a fait ce qu'il pensait devoir faire, et il l'a fait à mes côtés et ensuite il l'a fait seul. Et maintenant avec les Français. Et moi je lui adresse tous mes voeux de réussite".

Le président sortant François Hollande (d) et le nouveau président élu Emmanuel Macron, lors des commémorations du 8 mai, le 8 mai 2017 à l'Arc de Triomphe, à Paris
Le président sortant François Hollande (d) et le nouveau président élu Emmanuel Macron, lors des commémorations du 8 mai, le 8 mai 2017 à l'Arc de Triomphe, à Paris
POOL/AFP

Si M. Macron a besoin de "conseils", "il sera toujours le bienvenu et moi je serai toujours à côté de lui", a affirmé le président sortant.

Que fera-t-il au lendemain de la passation? "Je serai un citoyen de France et je serai attentif à la situation de mon pays. Je serai prêt à répondre à toutes les sollicitations qui me seront faites pour être utile mais le temps n'est pas venu. Pour l'instant, c'est à Emmanuel Macron d'avoir la responsabilité du pays".

Le président a confessé son "émotion" de présider à la dernière cérémonie du 8 mai, "et puis beaucoup d'émotion aussi, disons-le très franchement, très sincèrement, de donner à Emmanuel Macron la marche à suivre".

Dans la même thématique

Elysée: la passation de pouvoirs avec Macron aura lieu dimanche
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le