Emmanuel Macron « condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine »

Emmanuel Macron « condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine »

« La France condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine », a réagi le Président de la République. Emmanuel Macron a appelé Moscou à « mettre immédiatement fin à ses opérations militaires ».
Public Sénat

Par Caroline Deschamps (avec AFP)

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

« La France est solidaire de l’Ukraine. Elle se tient aux côtés des Ukrainiens et agit avec ses partenaires et alliés pour que cesse la guerre », a ajouté le chef de l’Etat sur Twitter.

 

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé à l’aube une « opération militaire » en Ukraine, où de puissantes explosions ont retenti dans plusieurs villes du pays, Kiev affirmant qu’une « invasion de grande ampleur » était en cours. Face à cette situation, « la concertation entre partenaires et alliés va être intense toute la journée », a souligné l’Elysée. L'Elysée qui  convoque un conseil de défense à 09H00.

Emmanuel Macron participera ensuite à une visionférence du G7 dans l’après-midi avant de se rendre à Bruxelles pour un sommet des dirigeants de l’UE à 20H00. Les 27 ont déjà averti que des sanctions « massives » contre Moscou seraient prises en cas d’attaque de l’Ukraine.

Les ambassadeurs des 30 pays membres de l’Otan vont par ailleurs se réunir en urgence ce jeudi matin à Bruxelles.

Dans la même thématique

Paris: Gerard Larcher elu President du Senat
7min

Politique

Projet de loi immigration : Éric Ciotti au chevet d’une droite sénatoriale de plus en plus agacée par les critiques des députés LR

Le président des LR, Éric Ciotti, était au Sénat mardi matin pour appeler les parlementaires de son parti à « l’unité ». Les critiques des députés LR sur le projet de loi immigration adopté mi-novembre par la majorité sénatoriale de droite et du centre ont nourri un vif agacement au Palais du Luxembourg. Au point que certains hésiteraient même à rompre leur rattachement au parti.

Le