Emmanuel Macron critique les accusations de complot contre François Fillon

Emmanuel Macron critique les accusations de complot contre François Fillon

A Lyon, le candidat du mouvement En Marche n’a jamais nommé son rival mais a lancé une pique à son égard.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron organisait son grand meeting, ce samedi à Lyon. L’occasion pour lui de revenir brièvement sur l’affaire politique majeure qui secoue la politique française depuis une dizaine de jours : le PenelopeGate. « Notre responsabilité politique, c’est de ne jamais utiliser à tort les arguments de la transparence pour affaiblir untel ou untel » a-t-il d’abord lancé appelant à la « bienveillance ».

« Mais c’est aussi de ne jamais accepter, lorsque certains voudraient dire qu’il y a un complot, et que la volonté de transparence serait le complot ourdi par un camp. Quand ils font cela, ils mêlent l’indignité aux difficultés qu’ils vivent. Il nous faut toujours une exigence de bienveillance. » Il a, par la suite, critiqué le Front national.

Emmanuel macron tance « les aigreurs » du Front national
02:23

Dans la même thématique

Emmanuel Macron critique les accusations de complot contre François Fillon
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le