Emmanuel Macron réunira bien les parlementaires en Congrès lundi 3 juillet

Emmanuel Macron réunira bien les parlementaires en Congrès lundi 3 juillet

Le Congrès sera bien réuni lundi 3 juillet à Versailles. C’est le président LR du Sénat, Gérard Larcher, qui l’a annoncé après une rencontre avec Emmanuel Macron à l’Elysée, ce mercredi. « Le Président de la République Emmanuel Macron vient de me confirmer qu’il réunira le parlement en Congrès à Versailles le lundi 3 juillet » a […]
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le Congrès sera bien réuni lundi 3 juillet à Versailles. C’est le président LR du Sénat, Gérard Larcher, qui l’a annoncé après une rencontre avec Emmanuel Macron à l’Elysée, ce mercredi.

« Le Président de la République Emmanuel Macron vient de me confirmer qu'il réunira le parlement en Congrès à Versailles le lundi 3 juillet » a annoncé Gérard Larcher sur Twitter.

Il ne s’agit pas d’une réunion du Congrès pour modifier la Constitution, mais simplement pour permettre au président de la République de prononcer un discours devant les représentants de la Nation que sont les députés et sénateurs. Une sorte de discours de l’état de l’Union, comme il se pratique aux Etats-Unis. Une possibilité voulue par Nicolas Sarkozy lors de sa réforme constitutionnelle de 2008. Durant la campagne, Emmanuel Macron avait annoncé qu’il réunirait le Congrès chaque année.

« Je serai à la place d'Edouard Philippe, je me sentirais humilié »

Emmanuel Macron coupe ainsi l’herbe sous le pied à son premier ministre, Edouard Philippe, qui tient le lendemain son discours de politique générale devant les députés, appelés à voter ou non la confiance au gouvernement. La date du 3 était incertaine pour éviter une forme d’humiliation à Edouard Philippe. Le 10 ou 17 juillet était évoqué. En parlant avant l’ancien maire du Havre, Emmanuel Macron ramène le locataire de Matignon au rang de « collaborateur », comme Nicolas Sarkozy avait qualifié à l’époque son premier ministre François Fillon.

« C’est vraiment surprenant. (…) Ça montre qu’il a l’intention d’être le maître du jeu, le maître du temps, des horloges », « que toutes les annonces seront faites par le président de la République au moment où il le souhaite » a réagi sur Public Sénat le sénateur PS Claude Bérit-Débat. Et d’ajouter : « Je serai à la place (du premier ministre), je me sentirais humilié ». Regardez :

Congrès : "Macron a l’intention d’être le maître du jeu" selon Claude Bérit-Débat, sénateur PS
00:50

Pour Emmanuel Macron, il s’agit aussi de poser et renforcer son image de chef de l’Etat. Seul le président de la République peut s’exprimer devant les 577 députés et 348 sénateurs, réunis dans l’imposante salle du Congrès, au Château de Versailles.  L’image sera reprise partout. Il parlera aux Français de la France et du monde. Jupiter en orbite. A noter que la réunion du Congrès n’est pas gratuite. Le coût est estimé entre 170.000 et 200.000 euros.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le