Emploi des seniors : « Le dialogue social n’a pas fonctionné », regrette la ministre du Travail, Catherine Vautrin

Alors que les négociations entre le patronat et les syndicats n’ont pas connu une issue favorable, après des discussions jusqu’au bout de la nuit, la ministre du Travail a regretté ce résultat, en réfutant toute responsabilité du gouvernement, alors que le président du MEDEF, Patrick Martin, auditionné au Sénat ce mercredi matin, avait estimé que la lettre de cadrage du gouvernement était trop restrictive pour aboutir à un accord. De fait, le gouvernement devrait reprendre la main sur le dossier.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

C’est un bras de fer qui se joue entre le gouvernement et les partenaires sociaux, alors que patronat et syndicats n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur le Pacte de la vie au travail, avec comme point d’achoppement, l’ouverture à la retraite progressive, réclamée par FO et la CFDT. Une ligne rouge pour le patronat, à qui le gouvernement avait demandé de ne pas engager de dépense supplémentaire, dans sa lettre de cadrage.

« Le contexte n’est pas très favorable »

Constatant que « le dialogue social n’a pas fonctionné », la ministre du Travail a expliqué qu’en l’absence d’accord sur l’emploi des seniors, « le gouvernement ne peut pas transposer, et les travaux ne peuvent pas à ce stade, continuer ». Un pessimisme encore plus grand semble également régner du côté de Catherine Vautrin à propos des négociations sur l’assurance-chômage, la ministre se définissant elle-même, comme n’étant « pas très optimiste » sur le sujet. « Le contexte n’est pas très favorable et bien évidemment, je le regrette », déplore-t-elle.

Pour autant, hors de question pour la ministre de reconnaître une quelconque responsabilité du gouvernement dans l’échec de négociations, quelques heures après l’audition du président du MEDEF en commission sénatoriale des affaires économiques, qui avait reproché au gouvernement d’agir « à front renversé » sur l’assurance-chômage, alors même que syndicats et patronat s’étaient mis d’accord sur une baisse des cotisations patronales. A cet égard, Patrick Martin a expliqué que ses premiers échanges avec le gouvernement semblaient se diriger vers la suppression de la baisse de ces cotisations, pourtant votée, que l’exécutif justifie par des « raisons budgétaires ».

« 350 000 emplois non pourvus »

« Quand il y a un chemin, il y a une solution et malheureusement, il n’y avait pas de volonté pour avoir le chemin », torpille Catherine Vautrin, pour qui « l’heure n’est pas à qui est responsable de quoi ». « Ma porte est toujours ouverte car ce qui m’importe, c’est l’emploi des seniors », assure-t-elle, jugeant nécessaire de « trouver les voies et les moyens de les accompagner ».

Quant à l’assurance-chômage, la ministre du Travail estime que le sujet est « avant tout [celui] de la capacité de celles et ceux qui sont en recherche d’emploi à aller vers l’emploi ». « Au moment où je vous parle, il y a 350 000 emplois non pourvus dans notre pays », alerte-t-elle, rappelant par-delà même, l’importance de la formation : « Toute la question, c’est comment on forme celles et ceux qui sont en demande d’emploi, pour aller vers les emplois qui ne sont pas pourvus », explique-t-elle.

Un « texte équilibré » sur la fin de vie

Interrogée également sur la fin de vie, alors que le projet de loi promis par le président de la République, a été présenté ce mercredi sur la table du Conseil des ministres, le spectre des fractures politiques a ressurgi ces derniers jours. Catherine Vautrin s’est cependant voulue rassurante, rappelant que « ce texte n’est pas venu tout seul », ce dernier ayant bénéficié d’un avis du comité consultatif national d’éthique le 13 septembre 2022, qui avait considéré « qu’il existe une voie pour une application éthique de l’aide active à mourir, à certaines conditions strictes avec lesquelles il apparaît inacceptable de transiger ». En outre, la ministre salue que le texte a été « travaillé de façon remarquable par une convention citoyenne », notamment « une partie soins palliatifs (…) portée par des professionnels ».

A ce titre, elle qualifie le projet de loi, comme étant « équilibré », ce dernier contenant « deux éléments importants » : d’une part, « un programme de soins palliatifs », sur lequel la ministre a promis 1,1 milliard d’euros, d’autre part, une partie consacrée à « l’aide à mourir ». « Tout le sujet, c’est l’équilibre entre les deux textes », nuance-t-elle, rappelant que le caractère sensible du sujet, nécessite que « chacun a[it] sa liberté de conscience ». « Ce qui est important, c’est le respect et l’écoute, de façon à garder un équilibre pour nos concitoyens », demande-t-elle. « Maintenant, place au débat parlementaire ! », conclut-elle.

Dans la même thématique

Emploi des seniors : « Le dialogue social n’a pas fonctionné », regrette la ministre du Travail, Catherine Vautrin
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le

La sélection de la rédaction

Emploi des seniors : « Le dialogue social n’a pas fonctionné », regrette la ministre du Travail, Catherine Vautrin
10min

Économie

Emploi des seniors : le président du MEDEF confirme l'échec des négociations et déplore une lettre de cadrage trop restrictive du gouvernement

Auditionné ce matin par la commission des affaires économiques du Sénat, quelques heures après la fin des négociations sur l’emploi des seniors, qui n’ont pas abouti à un accord entre syndicats et patronat, le président du MEDEF, Patrick Martin, a regretté un échec « malencontreux », tout en saluant une « bonne » qualité relationnelle avec les syndicats.

Le

Formulaire de demande de RSA (Revenu de solidarite active), allocation assurant aux personnes sans ressources un revenu minimum variable selon la composition du foyer
7min

Politique

Assurance-chômage : quand le candidat Macron promettait une « assurance-chômage pour tous » en 2017

« Oui, il y aura une réforme de l’assurance-chômage cette année », a annoncé le Premier ministre, ce mercredi 27 mars, chez nos confrères de TF1. Troisième réforme en la matière depuis l’élection du Président de la République, ses conditions ont largement été durcies en sept ans… loin de la promesse du candidat Macron qui proposait de faire de l’assurance-chômage, un droit « universel ».

Le