En Alsace renaît l’espoir d’une région unie sur le modèle corse

En Alsace renaît l’espoir d’une région unie sur le modèle corse

Deux ans après la fusion très contestée de l'Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, la "réflexion sur l'avenir" de l'Alsace lancée par...
Public Sénat

Par Laurent GESLIN

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Deux ans après la fusion très contestée de l'Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, la "réflexion sur l'avenir" de l'Alsace lancée par Matignon ouvre un nouvel horizon pour ceux qui réclament une collectivité s'inspirant de la Corse.

La décision du Premier ministre Edouard Philippe, annoncée début février de missionner le préfet alsacien Jean-Luc Marx pour étudier l'éventualité d'une fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, est perçue comme un premier signe positif dans cette région de près de 2 millions d'habitants ancrée à droite et qui continue d'afficher son vif désamour de la région "Grand Est".

Au lendemain de l'annonce de Matignon, 130 élus alsaciens LR, UDI, LREM et membres de la société civile ont signé une déclaration "Cap vers l'Alsace!" et lancé un appel pour "une collectivité territoriale d'Alsace à statut particulier", dotée de compétences d’Etat, notamment en matière d'enseignement linguistique, économie, tourisme, formation professionnelle, bilinguisme.

Le député Eric Straumann à Paris le 9 juillet 2014
Le député Eric Straumann à Paris le 9 juillet 2014
AFP/Archives

"La population n'a pas accepté ce Grand Est", rappelle le député LR de Colmar, Eric Straumann, interrogé par l'AFP, l'un des plus farouches opposants à la réforme Hollande. "J'entends régulièrement des gens qui me disent qu'ils sont insatisfaits de cette évolution institutionnelle qui s'est faite sans leur avis et de manière anti-démocratique", insiste l'élu haut-rhinois.

Le préfet, qui doit rendre un rapport au printemps, a été chargé de "mener des réflexions sur cette question" avec une condition: la mission devra plancher "sans remettre en cause la région Grand Est", écartant ainsi l'hypothèse d'une renaissance de la région Alsace.

- 'Un message gaullien' -

Alors que Manuel Valls affirmait de façon péremptoire en octobre 2014 à l'assemblée nationale "qu'il n'y a pas de peuple alsacien", Edouard Philippe a envoyé un "message de style gaullien: Je vous ai compris!. Reste à savoir ce qu'il y aura derrière", fait remarquer Eric Straumann, favorable "à une Alsace unie" rassemblant les départements et la Région.

Cette mission est un "premier coup de canif dans le sac du Grand Est" et "une prise de conscience au sommet de l'Etat, qu'il y a un problème alsacien", se félicite-t-il mais "si on ne fait rien, on va se réveiller en France un matin, comme on s'est réveillé après les dernières élections en Corse!".

Edouard Philippe à Matigon, Paris, le 9 février 2018
Edouard Philippe à Matigon, Paris, le 9 février 2018
AFP/Archives

Sur l'Ile de Beauté, les élections territoriales de décembre ont été largement remportées par la coalition des nationalistes qui a obtenu le contrôle de la nouvelle collectivité territoriale qui remplace les conseils départementaux et la région.

"Si la fusion des deux départements est possible, il faut la faire, d’autant qu’il y a une majorité pour cela", plaide le maire socialiste de Strasbourg Roland Ries cité dans le quotidien les DNA.

Chez les autonomistes alsaciens on se réjouit que "le problème alsacien soit pris en compte". "84% des Alsaciens sont mécontents de la fusion" rappelle la présidente du parti Unser Land, Andrée Munchenbach citant un sondage CSA.

Fort de ses 15% aux départementales de 2015, Unser Land continue de réclamer "une collectivité à statut particulier" avec des compétences de l'Etat en matière d'enseignement de l'allemand et de l'alsacien. "Les Corses demandent d'être une collectivité à statut particulier. Le même argument est valable pour l'Alsace au titre de notre singularité rhénane", souligne Mme Munchenbach.

- L'Alsace n'est pas la Catalogne -

Pour le politologue Richard Kleinschmager, ce nouvel épisode réveille "la revendication alsacienne, complexe et multiforme où s'expriment des courants et revendications séparatistes voire identitaires". Elles avaient échoué en avril 2013 lorsque la population consultée par référendum avait rejeté la fusion du "67" avec le "68".

Sur le papier, la marge de manoeuvre du préfet alsacien semble ténue: "On ne voit pas bien comment l'évolution vers une remise en place d'une région Alsace indépendante de plein exercice pourrait se faire." "La situation n'est pas comparable à la Corse, ni à la Catalogne. On est loin du compte", fait remarquer le politologue.

Dans la même thématique

En Alsace renaît l’espoir d’une région unie sur le modèle corse
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le