En Autriche, Macron défend ses réformes en France

En Autriche, Macron défend ses réformes en France

Emmanuel Macron a profité d'une conférence de presse en Autriche sur le travail détaché pour défendre longuement ses projets de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron a profité d'une conférence de presse en Autriche sur le travail détaché pour défendre longuement ses projets de réforme en France, dérogeant à sa règle de ne pas parler de politique française à l'étranger.

"La transformation que nous opérons est celle de faire entrer la France dans le XXIe siècle et gagner la bataille du chômage de masse. Non pas de baisser d'un ou deux points le chômage mais de profondément changer les structures économiques et sociales françaises", a-t-il insisté.

Entrant dans le détail, il a promis que "la bascule des cotisations sociales salariales vers la CSG et la transformation de la prime d'activité, permettront d'avoir dès le 1er janvier un gain de pouvoir d'achat pour l'ensemble des travailleurs en France, qu'ils soient indépendants, fonctionnaires ou salariés".

"Ce gain de pouvoir d’achat sera croissant à mesure que l'année avance" et "pour une personne rémunérée au Smic, le gain de pouvoir d'achat sera l'équivalent d'un treizième mois, payé non par l'employeur mais par cette transformation", a-t-il ajouté.

"Depuis 30 ans, la France est la seule grande nation européenne qui n'a pas gagné contre le chômage de masse. Cela n'a rien à voir avec le travail détaché" mais provient des "règles de fonctionnement de la France qui ne sont pas adaptées à l’économie de l'innovation".

Il a rappelé que la réforme du marché du travail avait pour but de favoriser l'emploi, en permettant notamment aux TPE/PME de négocier "au niveau de l’entreprise" pour "s'adapter au carnet de commandes" et aux grandes entreprises d'avoir notamment un barème d'indemnisation aux Prud'hommes en cas de licenciement.

Il a aussi défendu ses projets fiscaux, la réforme de l'ISF et de la fiscalité de l'épargne, "pour orienter l'épargne vers l'innovation", et rappelé vouloir investir 15 milliards d'euros durant son quinquennat dans la formation, pour former "un million de jeunes et un million de chômeurs peu qualifiés".

"Ces transformations perdent leur sens si nous ne savons pas protéger les travailleurs contre la concurrence déloyale", a-t-il conclu, d'où "ce combat pour reformer la directive sur le travail détaché. Tout cela se tient".

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le