En Marche: Jacob dénonce une attitude de “petits politicards”

En Marche: Jacob dénonce une attitude de “petits politicards”

Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains, a dénoncé vendredi "une attitude de petits politicards" dans "cette...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains, a dénoncé vendredi "une attitude de petits politicards" dans "cette affaires des investitures" de La République en Marche pour les législatives, où "est totalement empêtré", selon lui, Emmanuel Macron.

"On voit bien qu'aujourd'hui il y a un problème de positionnement de M. Macron. Ce qui a été un atout pendant sa campagne électorale, c'est la capacité effectivement de ratisser large (...), mais ce qui a été un atout devient maintenant une difficulté parce qu'il faut que les masques tombent", a déclaré M. Jacob sur Europe 1.

Selon le député-maire de Provins (4ème circonscription de Seine-et-Marne), "il est totalement empêtré dans cette affaire des investitures " et "il ne sait plus comment s'en sortir".

"L'attitude déplorable, parce qu'il n'y a pas d'autre mots, de sommer des candidats de choisir rapidement et de rejoindre le camp Macron en courant (...) , la pantalonnade en face de M. Valls, mais tout ça, ça rime à quoi ?", s'est-il interrogé. "C'est une attitude (...) de petits politicards, c'est ça la réalité", a lâché le chef de file des députés LR.

Interrogé sur l'hypothèse d'un Premier ministre de droite, M. Jacob a martelé que la Ve République "a un fondement parlementaire, la majorité elle se fait à l'Assemblée". "Si on veut que ce soit la droite qui gouverne (...), ça n'est pas en allant dans un gouvernement de gauche, mais c'est en ayant une majorité à l'Assemblée", a-t-il lancé.

A l'adresse du juppéiste Edouard Philippe, dont le nom est régulièrement cité pour Matignon, le chef de file des députés LR a affirmé qu'"il est bien dans sa famille politique, qu'il y a toujours eu toute sa place, que c'est un ami (...) et que sa place est évidemment dans sa famille politique".

"Honnêtement (...), derrière tout ça, il y a un gros numéro de bluff, des petites combines", a-t-il jugé.

Interrogé sur la colère de François Bayrou à la publication de la liste de candidats aux législatives présentée par En Marche!, M. Jacob a encore estimé que "les masques tombent, avec les petites combines, les grosses magouilles". "On nous avait expliqué que tout ça, c'était des accords de fond pour la grande politique, la réalité c'est qu'on a boursicoté des sièges, des places, des postes".

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

En Marche: Jacob dénonce une attitude de “petits politicards”
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le