“En Marche”: Macron n’a utilisé “aucun centime” de Bercy

“En Marche”: Macron n’a utilisé “aucun centime” de Bercy

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, n'a utilisé "aucun centime" de Bercy pour son mouvement politique, a affirmé jeudi...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, n'a utilisé "aucun centime" de Bercy pour son mouvement politique, a affirmé jeudi En marche!, après des accusations de parlementaires sur l'utilisation de frais de représentation quand il était ministre de l'Economie.

"Aucun centime du budget du ministère de l’Economie (...) n’a jamais été utilisé pour En Marche !. Toute affirmation du contraire est purement et simplement diffamatoire", affirme le mouvement dans un communiqué. Le candidat à la présidentielle avait déjà appelé mercredi "ceux qui diffament" à s'occuper "de leurs propres turpitudes".

"Après la révélation illégale de sa situation fiscale au printemps dernier, des informations fausses ou déformées continuent à être distillées sous couvert de l’anonymat avec la claire intention de nuire à Emmanuel Macron", dénonce En Marche!. "Elles sont relayées abondamment par l’ensemble des camps politiques traditionnels".

"Nous rappelons à ceux qui semblent l’avoir oublié qu’être ministre consiste à l’être à plein temps. (...) Recevoir au ministère des acteurs extérieurs à l’administration fait bien partie du rôle et de la fonction d'un ministre qui ne saurait travailler en circuit fermé et exclusif avec son administration", souligne le communiqué.

Emmanuel Macron, critiqué mardi par les chefs de file des députés LR et UDI Christian Jacob et Philippe Vigier à propos de frais de représentation quand il était ministre, avait affirmé avoir "toujours respecté les règles de la République avec beaucoup de scrupules".

"Il faut que ces parlementaires fassent attention parce que la diffamation a un sens juridique", avait déclaré M. Macron à RTL et Radio France, en marge d'un déplacement au Liban.

Selon Philippe Vigier, "120.000 euros des crédits du ministre à Bercy (ont été utilisés) pour des agapes En Marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle".

Interrogé à propos des frais de bouche d'Emmanuel Macron, Christian Jacob avait répondu à la presse: "Emmanuel Macron est l'incarnation de l'imposture, l'imposture sur toute la ligne".

Les journalistes Frédéric Says et Marion L'Hour affirment dans un livre qui vient de sortir, "Dans l'Enfer de Bercy: enquête sur les secrets du ministère des Finances", que selon leurs "informations", "en 2016, Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l'enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget". "En seulement huit mois, jusqu'à sa démission en août", précisent-ils.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

“En Marche”: Macron n’a utilisé “aucun centime” de Bercy
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le