Enfants Fillon: le Sénat va transmettre des documents au parquet

Enfants Fillon: le Sénat va transmettre des documents au parquet

Le Sénat va transmettre au parquet financier national des documents qu'il lui a demandés concernant les emplois occupés par les...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le Sénat va transmettre au parquet financier national des documents qu'il lui a demandés concernant les emplois occupés par les enfants de François Fillon, Marie et Charles, quand ils étaient ses collaborateurs à la Haute Assemblée, a annoncé vendredi son président Gérard Larcher (LR) dans un communiqué.

Cette réquisition, adressée jeudi, concerne "les emplois occupés par Marie et Charles Fillon auprès de François Fillon, sénateur de la Sarthe, d’octobre 2005 à juin 2007, et la réglementation relative au statut, aux modalités d’emploi, de gestion et de rémunération de collaborateurs de sénateurs", a précisé M. Larcher.

Vendredi, le président du Sénat, un pilier de la campagne du candidat de droite à la présidentielle, a "autorisé la communication des documents dont les services du Sénat disposent". "Cette communication sera assurée par le Secrétaire général de la Questure dans les plus brefs délais", ajoute-t-il dans le communiqué.

Le Canard Enchaîné accuse François Fillon d'avoir surpayé Marie et Charles quand il était sénateur de la Sarthe entre 2005 et 2007.

D'octobre 2005 à décembre 2006, la fille aînée des Fillon a touché 57.084 euros brut, soit environ 3.800 euros brut par mois pendant quinze mois. Son fils Charles a lui perçu 26.651 euros brut de janvier à juin 2007, soit 4.846 euros brut par mois. Le "salaire moyen" d'un assistant parlementaire se situe entre 2.200 et 2.600 euros net, d'après les syndicats.

L'épouse du candidat de la droite à la présidentielle Penelope Fillon est soupçonnée quant à elle d'avoir bénéficié d'emplois fictifs, en particulier comme collaboratrice parlementaire de son mari.

Contrairement à un député qui n'est pas limité, un sénateur ne peut pas employer plus d'un collaborateur familial à la fois. Un futur collaborateur de sénateur est d'ailleurs tenu de fournir une copie intégrale d'acte de naissance avec les mentions marginales, plus la copie de son livret de famille, afin de vérifier d'éventuels liens de parenté avec son employeur.

Il existe aussi au Sénat des conditions minimales de diplôme (Bac) ou d’expérience professionnelle (15 ans) qui ne sont pas en vigueur à l'Assemblée.

Par ailleurs, un sénateur ne peut pas verser à un collaborateur familial plus d'un tiers de la dotation dont il dispose pour rémunérer l'ensemble de ses collaborateurs, qui totalise 7.593,39 euros bruts. Cela correspond donc à un salaire plafonné à 2.531,13 euros bruts - ou à 3.796,69 euros brut si le collaborateur familial n'habite pas avec le sénateur, aux termes d'une règle remontant à 1981.

Il s'agit toutefois d’appointements de base auxquels peuvent s'ajouter des éléments comme un 13ème mois, un complément salarial d'ancienneté, et, le cas échéant, des indemnités légales de fin de contrat.

Dans la même thématique

Enfants Fillon: le Sénat va transmettre des documents au parquet
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le

Enfants Fillon: le Sénat va transmettre des documents au parquet
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le