Enregistrement  Wauquiez : « Une connerie. Il faut essayer d’en faire le moins possible » conseille Gérard Longuet

Enregistrement Wauquiez : « Une connerie. Il faut essayer d’en faire le moins possible » conseille Gérard Longuet

Après l’enregistrement polémique de Laurent Wauquiez, Les Républicains tentent d’éteindre l’incendie en brocardant la méthode des journalistes. Du côté des sénateurs LR, on « s’étonne » de la teneur des propos.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Au siège de LR, ce lundi, la salle est plus pleine que d’habitude. « Nous sommes très heureux, ce matin, de vous voir aussi nombreux. Nous nous réjouissons que la grande opération autour de la défense du pouvoir d’achat des Français que Les Républicains lancent ce matin puissent se faire avec une aussi large audience » feignent de croire les deux porte-parole, Lydia Guirous et Gilles Platret.

« Un exercice de niveau CAP d'ajusteur monteur »

Après 10 minutes de présentation du nouveau tract « Avec Macron, c’est vous qui payez l’addition », les deux porte-parole ont dû affronter la série de questions attendue sur la polémique qui frappe Laurent Wauquiez  depuis vendredi. « De l’écume médiatique qui n’intéresse qu’un certain microcosme » selon Lydia Guirous. « Quand on voit la façon dont deux heures de cours ont été résumées en moins de deux minutes, c'est-à-dire qu'on a coupé, recollé, expurgé, pour avoir finalement des bouts de phrases dont vous savez très bien les uns et les autres qu'elles ont été complètement coupées de leur contexte... (...) ça n'est pas une attaque contre la presse, que les choses soient claires. Est-ce que ça, c'est du journalisme ? Non. Ça, éventuellement, c'est un exercice de niveau CAP d'ajusteur monteur » complète Gilles Platret.

Enregistré à son insu lors de d’un cours à l’EM Lyon, le président de LR brocarde Nicolas Sarkozy  qu’il accuse d’avoir mis sur écoute les portables des membres du gouvernement en conseil des ministres. Emmanuel Macron serait, selon lui, à la tête « d’une cellule de démolition » qui entraîna la chute de François Fillon. Gérald Darmanin serait « un Cahuzac puissance 10 », Angela Merkel n’aurait pas de charisme. Dans ce court enregistrement diffusé sur TMC, Laurent Wauquiez reconnaît même dire « des bullshits sur les plateaux médiatiques ».

« J’ai été ministre de Nicolas Sarkozy et je ne pense pas un instant avoir été mis sur écoute »

Sur un message Facebook ce week-end, Laurent Wauquiez avait lui-même pointé les « méthodes peu déontologiques » des journalistes de l’émission Quotidien et évoqué le « ton de l’humour » de certains échanges avec les étudiants, notamment ceux concernant Nicolas Sarkozy à qui il a présenté ses excuses. « J’ai été ministre de Nicolas Sarkozy et je ne pense pas un instant avoir été mis sur écoute » estime pour sa part Marc-Philippe Daubresse. Pour le reste, le sénateur LR du Nord déplore lui aussi « le non-respect de la règle du off ». « Quand on ne peut plus dire des choses hors micros, on ne se retrouve qu’avec de la langue de bois » regrette-il avant d’ajouter : « Sur le fond, je n’aurais pas tenu ces propos-là, surtout à l’égard de Nicolas Sarkozy ».

« À ce niveau, c’est un manque de professionnalisme de sa part »

« C’est une connerie. Ce ne sera ni la première ni la dernière, mais en tant que président de parti il faut essayer d’en faire le moins possible » juge l’ancien ministre Gérard Longuet qui le reconnaît d’autant plus pour « en avoir fait certaines » lui-même : « En politique, il faut une maîtrise de tous les instants. À ce niveau, c’est un manque de professionnalisme de sa part. C’est étonnant pour un homme de son expérience ».Le sénateur de la Meuse prodigue encore quelques conseils au président LR. « C’est d’autant plus dommage, qu’il avait fait une belle émission sur France 2 (l’Émission politique) où il avait été rassurant. Mais dans cet enregistrement, le fond de sa pensée n’est pas rassurant. Il semble entouré d’adversaires. Il a une phraséologie trop conflictuelle. Il est trop crispé » conclut-il.

« On nous a dit de ne pas communiquer car Laurent Wauquiez ne voulait pas en rajouter »

En conférence de presse, les porte-parole ont considéré que le patron de LR avait bénéficié d’un large soutien le la part de « personnalités » du parti. « On nous a dit de ne pas communiquer là-dessus ce week-end, car Laurent Wauquiez ne voulait pas en rajouter » contredit un membre des Républicains.

Alain Houpert, sénateur LR de Côte-d’Or, connaît « Laurent Wauquiez depuis longtemps » mais « s’étonne de l’entendre dire ce genre de choses, comme ce qu’il a déclaré sur Darmanin ». « C’est un cacique, il est sorti de la botte de l’ENA et contrairement aux grands technocrates, c’est quelqu’un qui ne manie pas la langue de bois. Mais je trouve plus graves les propos d’Emmanuel Macron sur les feignants ou ceux qui ne sont rien » ajoute-il.

 

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le