Entre Le Pen et Mélenchon, Sibeth Ndiaye choisit Mélenchon “sans aucune ambiguïté”

Entre Le Pen et Mélenchon, Sibeth Ndiaye choisit Mélenchon “sans aucune ambiguïté”

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye fait "une différence évidente entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen" et...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye fait "une différence évidente entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen" et voterait "sans aucune ambiguïté" pour le chef de file de La France insoumise si elle devait choisir entre les deux.

"Je fais une différence évidente entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen qui ne s'inscrivent pas dans la même histoire politique, donc je ne fais pas du tout d'assimilation entre l'un et l'autre", a déclaré Mme Ndiaye dimanche sur Radio J.

"Evidemment je choisis entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, sans aucune ambigüité. (...) Dans un second tour d'élection présidentielle, mon choix serait très clair (...). Sans aucun doute, car je crois toujours dans la République, et je ne crois pas que Marine Le Pen soit de ceux qui peuvent continuer à faire vivre notre République", a-t-elle développé.

Dans cette hypothèse, elle voterait donc Mélenchon ? "Je vote Mélenchon", a-t-elle acquiescé. "J'espère que c'est une évidence que cela doit être réciproque".

La porte-parole du gouvernement "regrette surtout" que "l'état des partis traditionnels, historiques, que sont le Parti socialiste ou Les Républicains, soit tel que la seule alternative aujourd'hui à La République en marche soit le Front national (Rassemblement national, ndlr)".

"C'est un regret, parce que je préfère avoir affaire à des conservateurs, fussent-ils issus d'une histoire de gauche ou d'une histoire de droite, plutôt qu'avoir affaire à l'extrême droite", a-t-elle ajouté.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Entre Le Pen et Mélenchon, Sibeth Ndiaye choisit Mélenchon “sans aucune ambiguïté”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le