Envoi de troupes en Ukraine « pas exclu » : « Emmanuel Macron fait peur aux Français », déplore Sébastien Chenu

Le député du Rassemblement national s’insurge après les propos du chef de l’Etat évoquant l’envoi éventuel de troupes au sol en Ukraine pour soutenir Kiev face à Moscou.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est l’opposé qu’il faut faire » : sur le plateau de la matinale de Public Sénat, le député du Rassemblement national étrille les propos d’Emmanuel Macron concernant l’envoi de troupes occidentales au sol en Ukraine, dont le chef de l’Etat a dit lundi qu’il ne devait pas « être exclu » à l’avenir. « Il ne faut pas monter les marches d’un conflit mondial », a averti le député d’extrême droite, vice-président de l’Assemblée nationale, dont le parti est régulièrement pointé du doigt pour sa mansuétude à l’égard de la Russie de Vladimir Poutine.

« Discuter » avec la Russie

A l’heure où l’Ukraine est acculée par les troupes russes, et alors que l’éventualité d’une défaite de Kiev place les Européens face à leur responsabilité, Sébastien Chenu maintient l’idée d’un dialogue avec la Russie. « Il faut discuter avec la Russie pour la faire reculer ». Le député du Nord regrette que le président de la République ne prenne pas « l’initiative d’une grande conférence mondiale pour la paix ». Hier, à l’Elysée, Emmanuel Macron accueillait pourtant une conférence internationale de soutien à Kiev. « Il n’y a pas de consensus aujourd’hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu. Nous ferons tout ce qu’il faut pour que la Russie ne puisse pas gagner cette guerre », a lancé le président à l’issue de l’événement. « Si on l’écoute, on peut imaginer qu’il nous dit tout simplement : préparez-vous à envoyer à un moment ou à un autre des troupes françaises dans un conflit qui, de fait, dégénèrerait en une guerre mondiale », s’insurge Sébastien Chenu, qui insiste pour qu’un débat ait lieu au Parlement : « Il est nécessaire de savoir où on va ». « Si les choix que l’on a devant nous ce sont ceux d’aller vers un conflit armé plus important qui entraînerait des forces militaires françaises, je dis attention, il faut avoir conscience de ce que nous faisons », avertit le député du Nord.

Emmanuel Macron « sort des phrases pour provoquer »

D’après l’analyse de Sébastien Chenu, l’Ukraine a pourtant bien besoin de l’Otan pour gagner « militairement » face à la Russie. « Mais l’Otan, ça veut dire la France par définition, et donc envoyer des troupes ». Un pas supplémentaire dans le soutien de la France à l’Ukraine que le député du Nord ne veut pas voir franchi. « Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie, les mots ont un sens ». Dans le cas contraire, soutient le député, « il faudra dire aux Français que nous allons envoyer des jeunes de nos villes et de nos campagnes pour aller mourir en Ukraine alors même que toutes les solutions diplomatiques n’ont pas été tentées ». Parmi les solutions diplomatiques, Sébastien Chenu souhaiterait voir la France s’appuyer sur l’Inde, en tant que « partenaire de stabilisation ». L’envoi de troupes au sol en Ukraine n’est de toute façon pour l’instant pas envisagé à court terme, Emmanuel Macron ayant rappelé l’absence de « consensus » sur le sujet, et simplement précisé que rien n’était « exclu ». Une déclaration qui suscite une multitude de réactions de l’extrême gauche à l’extrême droite, qui lui reproche une forme de bellicisme. Sébastien Chenu voit également dans les propos du chef de l’Etat une manière de provoquer. « Parfois j’ai l’impression que le président de la République sort des phrases pour provoquer. C’est faire peur aux Français, inquiéter nos compatriotes alors qu’il devrait les rassurer », a conspué l’élu d’extrême droite.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le