Eric Ciotti : « Le PS est aussi performant pour gérer une primaire que les comptes publics »

Eric Ciotti : « Le PS est aussi performant pour gérer une primaire que les comptes publics »

Le député, qui a rejoint l’équipe de campagne de François Fillon, s’est amusé de la confusion autour des chiffres de la participation à la primaire de la gauche.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le député LR et membre du pôle projet de la campagne de François Fillon, Eric Ciotti, a ironisé sur les imbroglios autour des chiffres de la participation à la primaire de la gauche. « La participation depuis dimanche soir n’a cessé de diminuer. On est parti à presque 2 millions de votants selon Monsieur Thomas Clay (président de la Haute autorité de la primaire), puis on arrive péniblement aujourd’hui à 1.5 millions, et ça a même diminué dans la journée d’hier ».

« J’ai l’impression que les socialistes démontrent qu’ils sont aussi performants pour gérer les primaires que pour gérer les comptes publics. Ils ont un problème avec les chiffres », a-t-il plaisanté, rappelant le succès de la primaire de la droite.

Mais les regards de l’équipe de campagne de François Fillon sont déjà tournés vers l’après-primaire. Eric Ciotti s’interroge d’abord sur le rassemblement des socialistes après le deuxième tour. « On est face à deux gauches que Manuel Valls qualifiaient d’irréconciliables. Comment dimanche soir Manuel Valls et Benoît Hamon vont s’accorder ? »

Dans l’hypothèse d’une victoire de Benoît Hamon, le principal adversaire est déjà tout trouvé : Emmanuel Macron. « Si monsieur Hamon est élu comme cela semble se dessiner, celui qui portera le bilan du quinquennat sera Emmanuel Macron. (…) l’héritier, le fils légitime de monsieur Hollande sera monsieur Macron ».

« On a besoin de vérité dans cette campagne. L’illusion autour d’Emmanuel Macron va se dissiper. C’est un phénomène, il ne dit rien. Quelles sont ses idées sur l’international, et sur la lutte contre le terrorisme ? »

Eric Ciotti sur Emmanuel Macron : " Il est l’héritier, le fils légitime de monsieur Hollande "
01:47

Eric Ciotti a dans le même temps défendu le programme de François Fillon, notamment en matière d’écologie. « C’est un enjeu important. Mais il ne fera pas cette écologie punitive que pratique madame Hidalgo en rendant la circulation à Paris impossible » a-t-il critiqué. En raison d’un épisode de pic de pollution, la circulation alternée a été reconduite ce mardi et mercredi dans la capitale.

Le député défend le soutien à l’énergie nucléaire, « un atout pour l’environnement ». Le conseil d’administration d’EDF doit se prononcer aujourd’hui sur la fermeture anticipée de la centrale de Fessenheim, une des promesses de campagne de François Hollande en 2012.

 « Sa fermeture est une erreur, une faute. Les travaux de sécurisation de Fessenheim on été conduits. Il n’y a donc aucune raison technique, si ce n’est de basses raisons politiciennes, de fermer cette centrale ».

Eric Ciotti : « La fermeture de Fessenheim est une erreur ».
00:54

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le