Eric Woerth se sent “une victime du système”

Eric Woerth se sent “une victime du système”

Eric Woerth, ancien trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy mis en examen mardi dans le cadre de l'enquête sur un financement...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Eric Woerth, ancien trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy mis en examen mardi dans le cadre de l'enquête sur un financement libyen durant la présidentielle de 2007, affirme être "une victime du système".

"Après dix ans de procédure, et après avoir été à chaque fois relaxé, j'ai l'impression d'être un peu une victime du système", déclare au Figaro l'actuel président LR de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

"Je résisterai aux accusations. (...) Aujourd'hui, on voudrait me faire dire que (la campagne) a été financée par M. Kadhafi. Ce qui n'est pas le cas", plaide M. Woerth, qui redit ne pas connaître "les protagonistes libyens de cette affaire".

"J'assume, dans les circonstances de l'époque, avoir reçu des dons anonymes et les avoir distribués à des salariés. Dans mon souvenir, ils se montaient à 30.000 euros. (...) Comment garder de tout cela un souvenir précis, onze ans après, même si je pense que nous avons fait les choses correctement?", se demande le député de l'Oise, mis en examen pour "complicité de financement illégal de campagne".

Les juges font un lien entre les sommes en liquide qui ont circulé au QG de campagne de Nicolas Sarkozy et celles qui auraient été versées au camp du candidat par le régime de Khadafi, comme l'affirment d'anciens dignitaires libyens et le sulfureux intermédiaire Ziad Takieddine.

"Pour les gratifications que nous avons distribuées, je réfute qu'il s'agisse de dépenses électorales", ajoute Eric Woerth. "N'est dépense de campagne que celle ayant concouru à l'obtention de suffrages. Ce n'est pas le cas de ces sommes qui ont été distribuées après la campagne", soutient l'élu.

"2007 n'a pas été un moment comme les autres: c'était un moment de grande ferveur politique. Beaucoup voulaient donner, les contributions étaient abondantes", selon M. Woerth.

Le député note "que les campagnes sont de plus en plus mises en doute" et suggère de "penser à consolider les contrôles a priori pour solidifier les campagnes".

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Eric Woerth se sent “une victime du système”
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le