Estrosi à Baroin: “échec assuré” de LR s’il fait à nouveau preuve de “radicalisation”

Estrosi à Baroin: “échec assuré” de LR s’il fait à nouveau preuve de “radicalisation”

Christian Estrosi, président de Provence-Alpes-Côte d'Azur, a averti lundi son parti, Les Républicains, d'un "échec assuré" aux...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Christian Estrosi, président de Provence-Alpes-Côte d'Azur, a averti lundi son parti, Les Républicains, d'un "échec assuré" aux élections législatives s'il fait preuve de la même "radicalisation" que lors de la campagne présidentielle de François Fillon.

Dimanche soir, l'ancien ministre (LR) Bruno Le Maire a déclaré pouvoir "travailler dans une majorité de gouvernement" autour du nouveau président. Dans la foulée, François Baroin, qui mènera la campagne de la droite pour les législatives, a prévenu que si M. Le Maire entrait au gouvernement, il aurait "un candidat LR face à lui".

"Le premier mot dans ma famille politique, au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron, ça doit être +rassemblement+, ça ne devrait pas être +exclusion+. Si on part sur le mot +exclusion+ plutôt que sur le mot rassemblement, c'est la radicalisation pour les législatives telle que nous l'avons eue pour la présidentielle, et comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, vous avez l'échec assuré", a estimé M. Estrosi sur CNews.

"On a un jeune président qui a été élu, qui a bousculé tous les repères qui existaient dans les formations politiques, qui apporte un souffle de modernité. Est-ce qu'on va se ringardiser ? Est-ce qu'on va afficher une espèce d'arrogance ?", a lancé M. Estrosi.

"Est-ce que le tournant du Trocadéro a été une réussite ?", a demandé M. Estrosi en référence au rassemblement de campagne de François Fillon auquel s'était joint François Baroin. "Cette radicalisation... confier (des responsabilités de campagne) à Sens Commun, des gens qui sincèrement ont complètement dénaturé ce que nous étions aux Républicains, nous a conduit à l'échec. On va utiliser les mêmes recettes ?"

"J'appelle François Baroin, et nous en discuterons dans notre bureau politique de demain (mardi), à ce que nous réfléchissions bien à la place que nous devons prendre dans ces élections législatives, qui doit être constructive, et pas une place où nous (répéterions) du matin au soir que nous voudrions rendre la France ingouvernable parce qu'il n'y aurait pas une majorité présidentielle qui le permettrait", a conclu M. Estrosi.

Dans la même thématique

Estrosi à Baroin: “échec assuré” de LR s’il fait à nouveau preuve de “radicalisation”
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le