Européennes 2019 : Nicolas Dupont-Aignan «veut bousculer la droite française»

Européennes 2019 : Nicolas Dupont-Aignan «veut bousculer la droite française»

Le président de Debout la France espère unir les droites dans la perspective des élections européennes de 2019.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Malgré l’échec de sa stratégie pendant l’élection présidentielle de 2017, celui qui avait rallié Marine Le Pen au second tour veut réaliser l’union des droites. « Je ne vais pas contre les autres puisqu’ils n’y vont pas, donc on va faire le rassemblement », a expliqué sur Public Sénat le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, qui reproche aux autres dirigeants de ne pas s’investir en première ligne dans la campagne européenne. « La classe politique est aux abonnés absents ».

« M. Wauquiez il veut s’occuper de sa région, libre è lui. Mme Le Pen elle veut s’occuper de son parti, libre à elle. Et donc il n’y aura pas de leadership pour aller là-bas », a regretté le député de l’Essonne, qui s’est lancé ce dimanche. « À travers ma liste, je ne vais pas simplement vouloir bousculer l’agenda européen, je veux bousculer la droite française », a-t-il promis.

« Occasion historique »

Pour l’heure, Nicolas Dupont Aignan compte sur le soutien du Parti chrétien-démocrate de Jean-Frédéric Poisson, du Mouvement Pour la France (MPF) ou encore – plus modeste – du Centre national des indépendants et paysans (CNI), dont les dirigeants étaient présents à son congrès.

Pour l’élu souverainiste, les Européennes 2019 marqueront une « occasion historique » de « revoir la construction européenne » et d’assurer une « majorité eurosceptique », ou « euroréaliste » comme il l’aime l’appeler », au Parlement européen.

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le