LILLE : MEETING RAPHAEL GLUCKSMANN

Européennes 2024 : Raphaël Glucksmann à la troisième place, avec 14 % des voix, talonne la majorité présidentielle

La liste PS-Place Publique manque son pari de doubler la majorité présidentielle, qui occupe la seconde place avec 16 % des voix. Raphaël Glucksmann sort cependant en tête des listes de gauche, de quoi peut-être rebattre les cartes en vue de 2027. Pour le PS, après l’échec de la présidentielle, ce score est une petite victoire en soi.
François Vignal

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est le troisième homme du scrutin. La liste du Parti socialiste-Place Publique de Raphaël Glucksmann arrive à la troisième place des élections européennes, avec un score de 14 %, selon notre estimation Ipsos pour France Télévisions, Radio France, France 24/RFI et Public Sénat/LCP-AN.

Mais ce joli score de la liste PS-Place publique a été vite éclipsé par l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, face aux résultats des européennes, où le RN fait le double de la majorité présidentielle.

Renaissance pour le PS

En arrivant derrière la liste de Valérie Hayer (14,7 %), Raphaël Glucksmann manque de peu son pari de devancer la majorité présidentielle. Les sondages ont montré clairement durant la campagne une dynamique pour celui qui entend rénover la social-démocratie, au point d’ouvrir l’espoir d’un croisement des courbes. Mais l’appel à la mobilisation contre l’extrême droite, lancé par Emmanuel Macron, à trois jours du scrutin, a peut-être eu son effet.

S’il n’arrive pas à faire déjouer le duel entre Emmanuel Macron et l’extrême droite, qu’il a qualifié de « duo », son score un succès, à plus d’un titre. Déjà candidat en 2019, il n’avait rassemblé que 6,19 % des voix. Il progresse aujourd’hui de près de 8 points. Mieux : après la déroute du PS à la présidentielle, et ses 1,75 %, c’est une renaissance pour le parti à la rose, qui n’aurait pas rêvé mieux.

Quelle lecture des résultats ?

Mais l’interprétation risque de différer : ce bon score est-il celui d’une ligne PS canal « soc dem » historique ? Les pourfendeurs de la Nupes et autres François Hollande vont le claironner. Ou s’agit-il avant tout du succès d’un homme et d’une incarnation, en la personne de Raphaël Glucksmann ? L’avenir dira d’ailleurs si ces résultats donnent des ailes, et quelques autres ambitions pour la suite, au candidat…

Autre réussite et enseignement : la liste PS-Place Publique sort du scrutin en tête de la gauche, devant la liste LFI de Manon Aubry (XX %) et celle des Ecologistes (ex-EELV) de Marie Toussaint (XX %). Si le candidat entendait rester avant tout sur les enjeux européens, l’ordre d’arrivée n’est évidemment pas conséquences.

Après l’explosion en vol de la Nupes, qui consacrait une forme de mainmise de LFI et de Jean-Luc Mélenchon sur la gauche, ce résultat va rebattre les cartes, en vue de la présidentielle 2027. Mais attention à ne pas prendre les bons scores du printemps 2024 comme le présage d’une place au soleil pour 2027. Car les scrutins européens ne préfigurent généralement pas la présidentielle. L’écologiste Yannick Jadot, qui avait été la surprise des européennes 2019, avant de finir sous les 5 % en 2027, en sait quelque chose.

Dans la même thématique

PARIS: Press conference by Jordan Bardella in front of the RN party headquarters.
4min

Politique

Elections législatives : les propositions du Rassemblement national sur l’immigration

Le 14 juin, Jordan Bardella a annoncé dans une interview au micro de BFMTV : « Si je deviens Premier ministre du pays au début du mois de juillet, je ferai de la question de l’immigration et du contrôle de nos frontières, l’une de mes priorités ». En vue des prochaines élections législatives, quelles sont les mesures figurant dans le programme du Rassemblement national en la matière ?

Le

FRA : ELECTIONS EUROPEENNES
4min

Politique

Législatives : « Une situation profondément antidémocratique », tance Pascal Savoldelli, qui demande le dégel du corps électoral

Le sénateur du Val-de-Marne a écrit au Président de la République pour demander le dégel du corps électoral, issu du décret de convocation des élections législatives, publié le 10 juin au Journal Officiel, le lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale. Une requête qui a cependant peu de chances d’aboutir pour des raisons de bonne administration.

Le