Européennes : chez LR, la crainte de « la disparition »

Européennes : chez LR, la crainte de « la disparition »

Après la déroute des Européennes, de nombreux cadres LR appellent à « une refondation » du parti qui passerait par « une main tendue » au centre et aux anciens caciques du parti qui ont pris leurs distances. Affaibli, Laurent Wauquiez réunit un bureau politique exceptionnel, ce soir, à 18 heures. Un rendez-vous décliné par Gérard Larcher et Bruno Retailleau.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

« Si on ne se remet pas profondément en cause, le risque : c’est la disparition ». « Ne pas parler d’échec serait se cacher derrière son petit doigt ». Quelques heures après l’annonce des résultats, le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau avait la tête des mauvais jours. Son poulain, le philosophe conservateur François-Xavier Bellamy, n’a pas répondu aux espoirs placés en lui. Malgré une campagne honorable, sa liste arrive en quatrième position loin derrière les écologistes, avec 8,5%. Le score le plus bas de la droite depuis les premières élections européennes en 1979. Est-ce à dire qu’il s’agit d’un échec de la droite « Trocadero » ? Telle que l’avait défini, il y a quelque temps, le Premier ministre, Édouard Philippe.

Dans un communiqué publié hier soir, le président du Sénat, Gérard Larcher lance un appel en faveur « d’une remise en cause profonde », « d’une ligne politique repensée » et « d’un rassemblement plus large » de la droite et du centre. Plus explicite, ce matin sur France Inter, Geoffroy Didier, réélu de justesse au Parlement européen, estime que sa liste a « perdu un point lorsque François-Xavier Bellamy a commencé à faire revenir son conservatisme sociétal en disant devenir un acteur de l'histoire sur Vincent Lambert ».

« La droite doit s’ouvrir, elle doit s’élargir »

Damien Abad (LR) : « J’en ai assez de cette droite du conservatisme sociétal »
02:52

Même analyse de la part de Damien Abad, député de l’Ain et vice-président des Républicains, sur Public Sénat. « La droite doit s’ouvrir, elle doit s’élargir, elle doit retrouver ce qui était son ADN, celui de l’UMP à l’époque de Nicolas Sarkozy (…) « Moi, j’en ai assez de cette droite du conservatisme sociétal et des questions identitaires » a-t-il fustigé.

« Ce qui est important de constater sur le plan politique pour notre pays, c'est qu'on est dans une nouvelle bipolarisation qui s'est consolidée après les élections présidentielles. Toute la question, c’est comment exister dans cet étau ? » (…) « Il faut savoir à nouveau tendre la main. Il y a des gens qui sont partis parce qu'ils ont pensé qu'on était en train de se rétrécir. » a reconnu lucide, le sénateur LR et membre du bureau du parti, Alain Joyandet.

« Il faut tout reconstruire sinon nous allons disparaître », prévient Alain Joyandet
02:34

Alors que Laurent Wauquiez réunit un bureau politique exceptionnel, ce soir, à 18H, la question de son maintien à la tête du parti se pose ouvertement. Première à sonner la charge, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse a déclaré « qu’à la place » de Laurent Wauquiez, elle démissionnerait. L’ex candidate à la présidence de LR, Florence Portelli a indiqué à l’Obs qu’il serait « hallucinant » que Laurent Wauquiez se maintienne à la tête du parti après une telle déroute.

« Quand un entraineur perd des matchs, il part »

« C’est à lui de prendre ses responsabilités. Mais en football, quand un entraineur perd des matchs, il part. Il ne faut pas se le cacher, Laurent Wauquiez a un problème d’adhésion avec les Français » résume le sénateur de Haute-Saône, Michel Raison. Le sénateur de Meurthe-et-Moselle, Jean-François Husson poursuit la métaphore footballistique. « C’est comme si vous arrivez en demi-finale de coupe du monde et que vous prenez 9-0. Quand vous prenez une branlée pareille, il faut en tirer les conclusions ».  À la question d'un départ de Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau a botté en touche, hier soir. « S’il ne s’agissait que de personnaliser l’échec, ce serait facile. Bien sûr que le rassemblement doit se faire aussi avec Laurent Wauquiez. Il est président de LR. Il a été élu légitimement. Mais il y a un certain nombre de questions auxquelles nous devons répondre collectivement ».

«  Wauquiez est allée à l’encontre de l’alliance de la droite et du centre »

« La droite républicaine et le centre ont été siphonnés par En marche », analyse Hervé Marseille
02:17

Un collectif que le patron de la droite sénatoriale aimerait voir rassembler « Gérard Larcher, en passant par Laurent Wauquiez mais aussi Valérie Pécresse, Christian Jacob, François-Xavier Bellamy… les centristes où ceux qui nous ont quittés comme Xavier Bertrand ». Hervé Marseille, le président du groupe centriste du Sénat, allié historique de la droite à la Haute assemblée, rejette à demi-mot, la responsabilité de cette déroute électorale sur Laurent Wauquiez. « Il y avait, depuis des décennies, une alliance entre la droite républicaine et le centre. La ligne choisie par M. Wauquiez est allée à l’encontre de cette alliance. On en voit la limite » regrette-il avant d’appeler « à la refondation de la droite républicaine et le centre ». « Sinon, on court à la disparition ».

Un rassemblement qui commence mal. Selon nos informations, Gérard Larcher et Bruno Retailleau ne se rendront pas au bureau politique de son parti. « C'est la nuit des longs couteaux qui se prépare » commente en off un sénateur LR. 

Au micro de Public Sénat, le sénateur des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi a indiqué, lui aussi, qu'il ne se rendrait pas au bureau politique. « Un bureau politique convoqué le lundi matin pour le lundi après-midi, ça ne laisse pas le temps de la réflexion, de l’analyse, des contacts nécessaires pour un bureau politique un peu productif » a-t-il observé.

Dans la même thématique

Européennes : chez LR, la crainte de « la disparition »
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Européennes : chez LR, la crainte de « la disparition »
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le