Européennes : chez LR, « on retient surtout le trio », plutôt que François-Xavier Bellamy

Européennes : chez LR, « on retient surtout le trio », plutôt que François-Xavier Bellamy

À quelques heures de l’annonce officielle de la tête de liste LR pour les Européennes, certains sénateurs du groupe LR du Sénat semblent s’être faits une raison. Au-delà de la personne de François-Xavier Bellamy, on préfère mettre en avant « un trio d’union de différentes sensibilités et de renouvellement ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les dés semblent jetés. Sauf énorme surprise, ce sera bien le professeur de philosophie de 33 ans, classé comme conservateur, François-Xavier Bellamy qui conduira la liste LR aux Européennes.

La commission nationale d’investiture (CNI) se réunit à 16H30, cet après-midi pour entériner ce choix de Laurent Wauquiez. Si bon nombre de sénateurs du groupe LR, majoritaire à la Haute assemblée, étaient réticents à voir ce novice en politique, opposé à l’IVG, en tête de liste d’une circonscription nationale, ils se sont désormais fait une raison.

« Maintenant le sujet est tranché »

À l’image d’Alain Joyandet, qui comme son collègue Pierre Charon, a milité un temps pour que Laurent Wauquiez dirige lui-même la liste. « Maintenant le sujet est tranché (…) nous avons collectivement décidé de mettre en place un trio d’union de différentes sensibilités et de renouvellement (…) si c’est le choix de la CNI, ce sera le choix de tout le monde et maintenant, il faut faire campagne ».

En effet, derrière François-Xavier Bellamy, se retrouve en deuxième position sur la liste, Agnès Evren, vice-présidente de la région Ile-de-France et proche de Valérie Pécresse et de François Baroin. Pour compléter le trio, le choix s’est porté sur un eurodéputé sortant, Arnaud Danjean. Cet ancien de la DGSE avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de 2016. De quoi réunir les principaux courants de la droite républicaine, et pourquoi pas au-delà, puisque le maire de Bordeaux a depuis quitté le parti. Quatre autres députés européens sortants devraient également figurer parmi les sept premiers noms (éligibles), Nadine Morano, Rachida Dati, Brice Hortefeux et Geoffroy Didier.

« Avoir finalement un trio permet de marquer une forme de rassemblement »

« S'il était seul, ça me poserait un problème, mais dans la mesure où la liste est variée, ça ne m'en pose pas » a déclaré Rachida Dati sur France Inter en référence aux positions de François-Xavier Bellamy sur l’avortement ou la PMA.

Même message en substance, ce mardi, chez les sénateurs LR. « François-Xavier Bellamy, c’est un choix un peu surprenant dans la mesure où il n’est pas connu et qu’il n’incarne pas l’épicentre du parti… Mais je retiendrai surtout le trio. C’est un trio de jeunes candidats qui incarnent l’ensemble des sensibilités des Républicains » observe le sénateur LR, François Grosdidier.

« Il me semble que le fait d’avoir finalement un trio qui élargit le prisme et qui permet de marquer une forme de rassemblement au sein du mouvement est une bonne chose (…) ça va dans le sens de l’apaisement en tout cas » ajoute le vice-président de la commission des lois » François-Noël Buffet.

Bellamy : « Je pense que ça correspond à ce que souhaite une partie de la population »

Néanmoins, à l’instar du président du groupe LR du Sénat, Bruno Retailleau, soutien de poids de François-Xavier Bellamy, certains se réjouissent de ce pari risqué pour les Européennes. « Il est jeune. Il est brillant. Il a des convictions et il les défend. Il les affiche. Je pense que ça correspond à ce que souhaite une partie de la population (…) J’ai fait une tribune sur la PMA et effectivement, je pense que gommer le père dans notre société, ce n’est pas forcément une bonne chose » indique le sénateur des Alpes-Maritimes, Henri Leroy.

Dans la même thématique

Paris : Conference de presse FNSEA x Jeunes Agriculteurs
6min

Politique

« Cynisme » , « mise en scène politique » : le président de la FNSEA annonce qu’il ne participera pas au grand débat avec Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture

Invité ce vendredi 23 février sur RMC-BFMTV, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a annoncé qu’il ne souhaitait pas se rendre au grand débat devant se dérouler demain au Salon de l’Agriculture », malgré le rétropédalage de l’Elysée hier soir. La raison principale ? Une « incompréhension » suscitée par l’invitation du mouvement écologiste, les Soulèvements de la Terre, que le gouvernement avait annoncé dissoudre avant que le Conseil d’Etat ne juge cette décision illégale.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
4min

Politique

Souveraineté alimentaire, enjeux climatiques, métiers : Public Sénat vous fait vivre le salon de l’agriculture 2024 

Samedi 24 février et jusqu’au 3 mars s’ouvre le 60ème salon de l’agriculture. Un salon sous haute tension, marqué par la colère des agriculteurs. Pour ce rendez-vous annuel incontournable du monde agricole, les équipes de Public Sénat sont pleinement mobilisées pour vous faire vivre les grands moments de cette rencontre entre les Français et les agriculteurs.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the  Agriculture Fair Porte de Versailles
2min

Politique

Emmanuel Macron veut rejouer le grand débat au Salon de l’agriculture

Visant « un échange direct et franc », l’Elysée explique que le chef de l’Etat va débattre samedi avec « l’ensemble des acteurs » qui « pourront donner leurs points de vue, faire des propositions, confronter des idées ». Les Soulèvements de la terre ont été invités, comme Michel Edouard Leclerc.

Le