Européennes : l’argument du vote utile est-il pertinent ?

Européennes : l’argument du vote utile est-il pertinent ?

Plusieurs candidats aux élections européennes utilisent l’argument du vote utile, justifiant qu’en arrivant au Parlement, ils feraient perdre des sièges à LREM et au RN. Explications.
Public Sénat

Par Ariel Guez

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

À gauche, rien ne va plus. Les communistes menés par Ian Brossat et les Insoumis, menés par Manon Aubry, usent les uns contre les autres du spectre du vote utile. L’argumentaire de Ian Brossat est rodé. « En nous mettant à 5 %, vous faites entrer 4 députés européens de combat, 4 de moins pour Le Pen et Macron », expliquait-il sur notre antenne. Les Insoumis, par la voix de Manuel Bompard sur Twitter, indiquaient quant à eux que si le PCF réalisait un score de 3 %, ce serait « environ 3 eurodéputés perdus en faveur de LREM et du RN ».

La règle des 5 %

En France, la proportionnelle est faussée, puisqu’elle n’est pas intégrale. La loi électorale prévoit en effet que seules les listes au-dessus de 5 % soient maintenues et envoient des élus à Bruxelles. Si un parti obtient 20 % des suffrages, il n’obtient pas 20 % des sièges, car les listes au-dessus de 5 % « bénéficient d’un nombre de sièges proportionnel à leur nombre de voix », selon le site vie-publique.fr.

Par exemple, si un parti fait 20 % des voix et que seulement deux autres listes (qui ont fait 15 et 10 %) se maintiennent, alors ce parti aura 45 % des sièges, le second 33 % et le dernier 22 %. Une proportion de sièges bien éloignée des suffrages exprimés. Néanmoins, plus le nombre de listes qui se maintiennent est haut, plus le total du score de ces listes augmente, et donc plus la répartition est lisse.

En Allemagne, le scrutin est réalisé à la proportionnelle intégrale. En 2014, il a même été jugé inconstitutionnel le fait d’instaurer un seuil de représentativité lors des élections européennes. Cela a permis à plusieurs petits partis d’entrer au Parlement européen lors des dernières élections, comme le parti Pirate.

Dans notre simulation basée sur le sondage Harris/Epoka du 19 mai 2019, si la liste de Ian Brossat atteint 5 %, la gauche radicale gagnera effectivement quatre sièges, tandis que LREM et le RN en perdront chacun un, alors que leur score n’aura pas été modifié. Cette situation s’explique par le mode du scrutin. « Les sièges sont répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne », selon le document publié à l’attention des candidats par le ministère de l’Intérieur.

Si la liste communiste (ou une autre liste de gauche radicale) arrive à dépasser le seuil des 5 %, le rapport de force de l’échiquier politique sera considérablement différent. Puisqu’après le départ des Britanniques de l’Union européenne et l’arrivée des cinq députés en suspens, les Français seront 13 dans le groupe de gauche radicale GUE/NGL (PCF+FI), tandis qu'ils seront 12 dans le groupe conservateur PPE (LR), selon les données de notre simulation basée sur le sondage Harris/Epoka du 19 mai 2019. La gauche radicale serait derrière le Rassemblement national et La République en marche dans le rapport de force politique national. À l’échelle de leur groupe, les communistes et insoumis pèseraient environ 20 %.

Est-ce probable ?

Ian Brossat n’a pour l’instant été donné à 4 % que dans une seule enquête d’opinion, mais la dynamique semble jouer en sa faveur, et il enchaîne les performances sur les plateaux de télévision. L’adjoint à la maire de Paris espère pouvoir changer la donne dans la dernière ligne droite de la campagne.

Mais le communiste n’est pas le seul candidat proche des 5 %. Nicolas Dupont-Aignan est donné dans les sondages entre 3,5 et 4,5 points. S’il arrivait à convaincre des électeurs hésitants entre sa liste et celle du Rassemblement national, il pourrait lui aussi atteindre les 5 % et renforcer légèrement le camp des souverainistes au Parlement européen, en envoyant quatre députés.

La sûreté du choix et l’abstention.

À quelques jours du scrutin, deux variables vont donc être déterminantes. D’abord, la sûreté du choix, puisqu’au aujourd’hui, seulement la France insoumise, la République en marche, les Républicains et le Rassemblement national ont un socle supérieur à 5 %. La volatilité de l’électorat d’EELV et du Parti socialiste, combinée à une stratégie de vote utile en faveur de LREM, ne garantit pas à Yannick Jadot et Raphaël Glucksmann d’être présents à Bruxelles le matin du 27 mai.

Mais comme nous pouvons le voir, cette option aurait aussi pour conséquence de faire augmenter légèrement le nombre de députés RN, LFI et LR. En clair, plus le nombre de listes au-dessus de 5 % est réduit, plus les partis au-dessus de ce seuil auront de députés. C’est le point de vue de la France insoumise, qui veut arriver en troisième position, devant Les Républicains.

Tout dépend également de l’abstention : quel électorat se mobilisera le plus ? Si les listes du PCF, de Générations, du Parti Socialiste, d’EELV et de la France insoumise dépassent toutes 5 %, elles auront au moins 4 députés chacune, soit un nombre minimum de 20 députés classés à gauche sur l’échiquier politique. De quoi largement rivaliser avec Les Républicains, en talonnant de près LREM. Mais il est peu probable, au regard des sondages, que les cinq listes se maintiennent et aillent à Bruxelles.

 

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Européennes : l’argument du vote utile est-il pertinent ?
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Européennes : l’argument du vote utile est-il pertinent ?
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le