Européennes : Le Pen veut fédérer large pour contrer Macron

Européennes : Le Pen veut fédérer large pour contrer Macron

"Ni abstention, ni dispersion mais mobilisation". Marine Le Pen a lancé vendredi un appel large et direct aux électeurs de droite...
Public Sénat

Par Anne RENAUT

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

"Ni abstention, ni dispersion mais mobilisation". Marine Le Pen a lancé vendredi un appel large et direct aux électeurs de droite, LR et DLF, et de la France insoumise pour les inciter à voter "utile", c'est-à-dire pour le Rassemblement national, dimanche contre Emmanuel Macron aux élections européennes.

"Un seul jour, un seul tour, un seul vote", pouvait-on lire en grandes lettres blanches sur fond bleu sur l'estrade du dernier meeting qu'a tenu le parti d'extrême droite à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), terre d'élection de Marine Le Pen.

"Dimanche ne laissons pas le mépris l'emporter", a lancé la cheffe du RN devant plusieurs centaines de militants et beaucoup d'élus de son parti, ainsi que les candidats de sa liste, présentant le RN comme "déjà le premier parti d'opposition, le premier parti de France".

"Du vote de dimanche dépend tout le reste du quinquennat. (...) Une fois encore (Macron) nous propose d'aller le chercher. Eh bien il faut le prendre au mot. Le 26 mai il faut aller le chercher dans les urnes", a ajouté la finaliste de la présidentielle pendant que la salle scandait "on va gagner".

Si la liste de la République en Marche est devancée par celle du RN, "ce résultat obligera" Emmanuel Macron "à changer de politique", a-t-elle assuré, après avoir appelé à nouveau le président à la démission s'il échoue.

Les "gilets jaunes" qui manifestent depuis novembre, "comme les millions de Français qui les ont soutenus, ne peuvent pas laisser anéantir ce qu'ils ont acquis", a-t-elle poursuivi.

Devant la presse, la tête de liste, Jordan Bardella a explicitement appelé les électeurs de LR, de DLF et de LFI à voter RN. "Rendre sa voix utile c'est délaisser les votes infructueux", a fait valoir Marine Le Pen au meeting, alors que la liste du RN devance celle de LREM de 0,5 à 2,5 points dans les sondages.

- Immigration et "terroristes" -

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF) "n'atteindra pas la barre des 5% nécessaires pour avoir des élus dimanche. S'éparpiller sur des listes aujourd'hui créditées de moins de 5% (...) dimanche aucune voix ne doit être gâchée, aucune voix ne doit être perdue", a souligné M. Bardella.

Le chef de DLF a aussitôt dénoncé un "coup bas minable". Marine Le Pen "cherche toujours à abattre ceux qui l'ont soutenue. En se comportant comme ça elle n'aura jamais d'allié", s'est-il insurgé auprès de l'AFP.

Marine Le Pen avait proposé à M. Dupont-Aignan en mai 2018 de faire liste commune, mais le président de DLF avait finalement choisi de faire cavalier seul.

Citant notamment la recrue de LR, l'ancien ministre Thierry Mariani, n°3 sur la liste du RN, M. Bardella a aussi lancé un appel aux électeurs de droite, expliquant que "le nombre de députés LR sera si faible (...) qu'il sera insuffisant pour pouvoir peser sur la politique du Parlement européen".

Il a également convié les électeurs de la France insoumise à suivre leur ancien conseiller régional, Andréa Kotarac, qui a appelé à voter RN. Invité au meeting, ce dernier a expliqué vouloir désormais "défendre les intérêts du peuple plutôt que ceux de la gauche" et a appelé à "bloquer Emmanuel Macron", sinon "notre souffrance va empirer".

LFI, surnommée "la France islamiste" par Marine Le Pen, est en "dérive totale", "tombée entre les griffes des défenseurs de l'islamisme et de l'indigénisme, promoteurs d'une immigration illimitée", a dénoncé M. Bardella.

La tête de liste a encore évoqué lors du meeting l'immigration, qui "fait circuler librement les armes (...) et plus récemment les terroristes", alors que l'explosion d'un colis piégé a fait plusieurs blessés vendredi dans une rue piétonne de Lyon. Marine Le Pen a transmis ses "pensées" aux victimes de cet attentat qu'elle a qualifié de "terroriste" sur Twitter.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Européennes : Le Pen veut fédérer large pour contrer Macron
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le