Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».
Alexis Graillot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le 9 juin s’approche à grands pas. Et cette année, les Français auront l’embarras du choix. 38 listes s’affrontent sur la ligne de départ, soit 4 de plus que le précédent record de 2019, qui avait vu s’affronter 34 listes. Pour vous aider à y voir plus clair, Public Sénat donne la parole aux « petites » listes, non invitées des principaux débats entre les candidats.

Aujourd’hui, la parole est donnée à Nathalie Arthaud, qui dirige la liste Lutte Ouvrière (LO). Au programme, peu d’Europe dans les mots de la candidate, mais des critiques concentrées sur le capitalisme qu’elle estime responsable de tous les maux de la société.

« La seule question qui vaille, c’est quelle classe sociale décide »

« Nous portons les intérêts du monde du travail », attaque d’emblée Nathalie Arthaud, pour qui « nous sommes tous confrontés à la rapacité patronale ». Fidèle à ses « punchlines », l’enseignante torpille l’UE, la qualifiant de « foire d’empoignes entre brigands ».

« La seule question qui vaille, c’est quelle classe sociale décide », martèle-t-elle, défendant le fait qu’ « il faudrait que ce soit ceux qui font tourner la société, qui décident ». « Moi je vois surtout 250 millions de salariés et d’actifs, qui subissent tous la même exploitation, les mêmes attaques, la même angoisse par rapport à la guerre », explique la tête de liste Lutte Ouvrière, qui invite à s’interroger sur l’écho que pourrait avoir une convergence des luttes. « Imaginez une grève de cette ampleur-là », lance-t-elle.

« Renverser le capitalisme »

Tout au long de son intervention, Nathalie Arthaud n’y est pas passée par quatre chemins pour dénoncer à souhait son rejet du capitalisme, « qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ». Pour elle, l’Europe a été « créée par et pour les intérêts des capitalistes », enjoignant les travailleurs à « s’emparer de toutes les questions qui touchent de près ou de loin du monde du travail ».

Ne préférant pas dégager une mesure phare de son programme, elle défend davantage une philosophie : « Je ne suis pas d’accord pour proférer de nouvelles illusions et pour expliquer qu’on pourrait mieux gérer le capitalisme », expose-t-elle, appelant à « renverser le capitalisme », qui passe par « contrôler la comptabilité des entreprises », « imposer la répartition du travail », ou encore « indexer les salaires sur la flambée des prix ». « Tout ça dépendra du rapport de force et des luttes que les travailleurs, à l’échelle de l’UE, seront capables de mener », conclut-elle.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: reunion des representants de la Gauche
8min

Politique

Nouveau « Front populaire » : les négociations s’éternisent

Les négociations entre les différents partis de gauche pour une union en vue des élections législatives anticipées laissaient espérer une issue rapide ce jeudi 13 juin. Mais en fin de journée, négociateurs et chefs de partis étaient toujours en discussion. Retour sur des tractations mouvementées.

Le

Leader of Les Republicains (LR) right-wing opposition party Eric Ciotti leaves Les Republicains Headquarters in Paris
11min

Politique

Chez les LR, la crise déclenchée par Eric Ciotti se poursuit sur le terrain judiciaire

Eric Ciotti a saisi le tribunal judiciaire pour contester son exclusion des LR, suite à l’alliance qu’il a annoncé avec le RN pour les législatives. Ses opposants ont reconvoqué un bureau politique pour « valider », sur le plan juridique, son exclusion, afin de mieux respecter les statuts. Alors que la question des investitures est aussi en jeu, chacun fourbit ses armes pour porter la bataille sur tapis vert.

Le