Evasion fiscale: les députés PS demandent au gouvernement combien d’effectifs supprimés

Evasion fiscale: les députés PS demandent au gouvernement combien d’effectifs supprimés

A la suite des révélations des "Paradise Papers", les députés Nouvelle gauche (PS) ont demandé mardi au gouvernement de "rendre...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

A la suite des révélations des "Paradise Papers", les députés Nouvelle gauche (PS) ont demandé mardi au gouvernement de "rendre public" le nombre de postes qui seront supprimés dans l'administration, au sein des équipes chargées de la lutte contre l'évasion fiscale, selon le budget 2018.

"La lutte contre l'évasion ne peut pas être que sur du symbolique. Si on veut lutter contre la fraude fiscale, et que dans le même temps on supprime des moyens au Trésor Public, en l'occurrence 1.650 postes d'agents, il y a une déclaration d'intention, mais pas les moyens de la volonté politique exprimée", a déclaré l'une des porte-parole du groupe, Ericka Bareigts, lors d'une conférence de presse.

"Nous demandons au gouvernement de rendre public le nombre de postes qui seront supprimés parmi les équipes chargées de la lutte contre la fraude fiscale, de faire la lumière sur les effectifs qui seront mobilisés, et mobilisables", a-t-elle ajouté.

"Il faut que le gouvernement donne à son administration fiscale les moyens de travailler", a-t-elle plaidé, "sinon les lois pourront être votées mais la mise en oeuvre ne pourra pas être faite".

"Nous sommes choqués (par les révélations des "Paradise Papers") mais notre groupe et les gouvernements que nous avons soutenu peuvent se targuer d'avoir pris leur part dans cette guerre" contre l'évasion fiscale. "Nous avons notamment obtenu l'échange automatique d'informations bancaires avec la grande majorité des pays européens, notamment la Suisse et le Liechtenstein, (...) ou le reporting pays par pays" qui oblige les grandes entreprises à dévoiler le détail de leurs activités dans chaque pays où elles opèrent, a précisé Mme Bareigts.

"Nous avons donné un statut au lanceurs d'alerte (...) et nous avons fait de la lutte contre les tricheurs un axe majeur de notre politique avec la création du parquet financier. En outre, la lutte contre les fraudeurs a rapporté 30 milliards" d'euros au fisc en régularisations, "mais la bataille n'est pas finie la guerre n'est pas terminée", a-t-elle conclu.

Dans la même thématique

Evasion fiscale: les députés PS demandent au gouvernement combien d’effectifs supprimés
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

Evasion fiscale: les députés PS demandent au gouvernement combien d’effectifs supprimés
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le