Exclusion des pro-Macron: Lamassoure quitte Les Républicains

Exclusion des pro-Macron: Lamassoure quitte Les Républicains

L'eurodéputé et ancien ministre Alain Lamassoure a annoncé mardi soir qu'il quittait Les Républicains après la décision du parti...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'eurodéputé et ancien ministre Alain Lamassoure a annoncé mardi soir qu'il quittait Les Républicains après la décision du parti d'exclure de ses rangs cinq responsables pro-Macron, dont le Premier ministre Edouard Philippe, dénonçant "une pénible course à la droite la plus conservatrice".

"Archi-favori pour les élections majeures de 2017, le parti LR a réussi à perdre une élection présidentielle imperdable, face à un candidat jailli du néant, puis les élections législatives face à un parti qui n’existait pas trois mois auparavant", rappelle dans un communiqué l'ancien ministre délégué aux Affaires européennes (1993-1995) puis au Budget (1995-1997).

"Malgré cela, c’est l’un des siens", Edouard Philippe, "qui est devenu Premier ministre, avec une feuille de route largement inspirée par le programme de LR et soutenue aujourd’hui par les deux tiers de ses sympathisants (...) Et voilà qu’aujourd’hui, le même parti exclut Edouard Philippe", déplore-t-il.

"Privé de toute boussole politique, LR se réfugie dans une pénible course à la droite la plus conservatrice au lieu de revenir aux valeurs qui ont fait toutes les victoires communes de ses familles fondatrices: l’union de la droite et du centre, l’économie sociale de marché, l’humanisme, l’Europe", ajoute l'ancien chef de la délégation française au Parti populaire européen.

"LR craint-il l’échec du gouvernement ou sa réussite ? En 2002, j’ai quitté le parti de François Bayrou parce que je souhaitais la réussite de Jacques Chirac et du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Aujourd’hui, je quitte LR parce que je souhaite la réussite du redressement de la France et de l’Europe engagé depuis le printemps", explique M. Lamassoure.

Le bureau politique des Républicains a approuvé mardi l'exclusion de ses cinq responsables pro-Macron mais, faute de quorum, la plus haute instance du parti devra se réunir à nouveau, le 31 octobre, pour "valider" leur éviction.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Dernière information en date, un séminaire gouvernemental se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », en cas d’affrontement entre les candidats de ces deux partis au second tour.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le