Face au « cartel vert », François de Rugy veut imposer « l’écologie de progrès »

Face au « cartel vert », François de Rugy veut imposer « l’écologie de progrès »

Invité de l’émission « Extralocal » à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, François de Rugy a détaillé sa vision de l’écologie, en désaccord frontal avec celle de son ancienne famille politique. L’ancien ministre de l’Ecologie d’Emmanuel Macron a en effet plaidé pour une écologie « de progrès » et « rationnelle » face au « cartel vert. »
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

François de Rugy ne voulait pas que son livre passe pour un moyen de « régler ses comptes », avec Mediapart – qui avait lancé le feuilleton des « homards » que l’ancien président de l’Assemblée reprend avec ironie dans son titre – ou avec ses anciens camarades des Verts. Pourtant dans Du pouvoir, des homards... mais surtout de l'écologie ! l’ancien ministre de l’Ecologie n’est pas tendre avec son ancien parti politique, qu’il a quitté en 2015. François de Rugy fustige un « cartel vert » composé d’EELV et d’associations écologistes qui, d’après lui, polarisent le débat, alors qu’il y aurait « plusieurs écologies », dont celle « de progrès » qu’il porte et qu’il voudrait que la majorité présidentielle « assume. »

Effectivement, pour le député de la majorité, « dans ce mandat, on a fait beaucoup pour l’écologie sans le dire clairement, parce qu’on était trop occupé à essayer de répondre aux critiques d’EELV. Mais je crois que c’est peine perdue parce que ce sont deux visions différentes. » Force est de constater, en écoutant l’ancien ministre de l’Ecologie, que sa vision est effectivement différente de celle d’Europe écologie – Les Verts : « Le cartel vert oppose l’écologie et le développement économique, mais la recherche scientifique et les innovations technologiques permettent de faire du développement économique qui répond à des problèmes écologiques. »

 

>> Lire notre article : « Emmanuel Macron veut réinventer le nucléaire »

 

« Avoir 100% de nucléaire serait tout aussi idiot que de ne pas en avoir du tout »

Sur le nucléaire aussi, la rupture semble véritablement consommée : « J’ai changé d’avis, je le reconnais. Quand j’étais chez les Verts, c’était un sujet qui ne se discutait même pas. Mais, lorsque j’étais ministre, j’ai vu avec toutes les données techniques et scientifiques que c’était un atout pour la France et l’Europe d’avoir du nucléaire. » Pour autant, François de Rugy ne renie pas totalement ses anciens combats : « Pour Xavier Bertrand, il faut construire des centrales nucléaires partout. Mais il ne faut pas 100% de nucléaire, ce serait tout aussi idiot que de ne pas en avoir du tout. Il faut que la France invente un nouveau modèle, qui repose sur le nucléaire et le renouvelable, mais sans charbon, sans gaz et sans fioul. »

L’ancien ministre de l’Ecologie insiste, il ne faudrait pas « passer à côté du développement mondial » des énergies renouvelables et cite par exemple les éoliennes flottantes, où la France serait « à la pointe » de la recherche mondiale. En fait, François de Rugy appelle « à sortir d’une vision religieuse du nucléaire » dans un sens ou dans l’autre : « Aucune façon de produire de l’électricité ne peut être totalement neutre. On fait la balance entre les avantages et les inconvénients, c’est d’ailleurs pour ça qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. »  

 

>> Lire notre article : Pour Julien Bayou, « l’entêtement dans le nucléaire est un fiasco financier »

 

De même, l’ancien président de l’Assemblée nationale reproche à Europe écologie – Les Verts une approche irrationnelle de plusieurs dossiers, comme la 5G : « À Tours, il y a un maire Vert, qui n’a qu’une seule idée en tête, freiner le déploiement de la 5G. En quoi la 5G est anti-écologique ? Apparemment c’est une ‘fuite en avant écologique’ donc le progrès technique est qualifié négativement. Il faut se saisir de la 5G parce qu’elle apporte des choses, ça n’a rien à voir avec l’écologie. » En tous cas, les Verts sont rhabillés pour l’hiver. Au moins, les économies de chauffage devraient contenter tout le monde.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le