Facture énergétique: 11.000 logements parisiens prêts à être rénovés

Facture énergétique: 11.000 logements parisiens prêts à être rénovés

Plus de 340 bâtiments en copropriété représentant 11.000 logements parisiens se sont lancés en 2016 dans le nouveau dispositif ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Plus de 340 bâtiments en copropriété représentant 11.000 logements parisiens se sont lancés en 2016 dans le nouveau dispositif "Eco-Rénovons" de la Ville de Paris afin de faire baisser la facture énergétique, une opération renouvelée en 2017, a indiqué mercredi la ville.

Le premier bilan du dispositif lancé en mai 2016 est "extrêmement positif, au-delà de ce que j'avais imaginé", s'est félicitée devant la presse Célia Blauel, adjointe EELV à l'Environnement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, qui visitait un chantier de rénovation.

Plus de 340 copropriétés se sont portées candidates à démarrer le dispositif, qui peut prendre plusieurs années, et un deuxième appel à candidature sera lancé en février pour un programme dont l'objectif est de rénover effectivement 300 immeubles d'ici à 2020 sur 1.000 mises en chantier.

Le dispositif "Eco-rénovons", doté de 35 millions d'euros sur cinq ans, veut inciter les propriétaires privés à faire des travaux de rénovation énergétique, pour faire baisser la facture, lutter contre la précarité énergétique et contre les émissions polluantes.

La Ville aide ainsi gratuitement à monter des dossiers de diagnostic, à trouver des architectes, des financements, à comprendre les règlementations, etc, avant la phase proprement dite des travaux. Les travaux d'isolation thermique, de végétalisation des toits, peuvent faire baisser une facture de 15 à 40%, selon la mairie.

Les copropriétés représentent 75% des logements parisiens, Paris en compte 47.000 et plus de 90% d’entre elles ont été construites avant la première réglementation thermique de 1974.

A Paris, le chauffage représente à lui seul 60% de la consommation énergétique des bâtiments et c'est la "deuxième source d'émissions de gaz à effet de serre, après le transport", a précisé Mme Blauel à l'AFP.

Le nouvel appel à candidatures mettra un accent sur les immeubles "haussmaniens" et traditionnels parisiens, qui pensent que la rénovation "c'est plus compliqué alors que ce n'est pas forcément le cas", selon l'élue écologiste.

"Plus il y a de candidats, plus il y a de réalisations concrètes et moins il y a de réticences. Les premiers copropriétaires pilotes sont les meilleurs ambassadeurs du dispositif", dit-elle.

Dans le cadre de son plan Climat, la Ville rénove de son côté 4.500 logements sociaux par an et a lancé des programmes pour les écoles et les piscines.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Facture énergétique: 11.000 logements parisiens prêts à être rénovés
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le